Vous êtes ici

Douleur/Neuro

Céphalées de l'enfant

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

J.-C. Cuvellier, L. Vallée

Service de neuro-pédiatrie, hôpital Roger-Salengro, rue du Pr Émile Laine, 59037 Lille cedex
Auteur correspondant - Adresse e-mail : jc-cuvellier@chru-lille.fr (J.-C. Cuvellier).

 

Arbre décisionnel – Commentaires

Les céphalées sont fréquentes chez l’enfant. Leurs étiologies sont multiples et le plus souvent bénignes mais elles peuvent être le symptôme révélateur d’une tumeur cérébrale. Interrogatoire soigneux et examen clinique méthodique cherchent à repérer les signes d’alerte qui conduiront à la réalisation d’une imagerie cérébrale si cette possibilité apparaît pertinente.

(1) La méthode la plus simple est de conduire l’interrogatoire selon le patron temporel des céphalées : aiguës isolées, aiguës récurrentes, chroniques progressives, chroniques non progressives ou mixtes. Pour la phase céphalalgique, il faut :

  • préciser l’horaire de survenue, le mode de début, le siège, le type, l’intensité de la douleur, les signes d'accompagnement, les facteurs déclenchants, d’aggravation, et/ou d’amélioration, la durée et le patron évolutif ;

  • retracer l’histoire des céphalées depuis leur début : patron évolutif, fréquence des accès, aggravation avec le temps (en fréquence et/ou en intensité), signes d'hypertension intracrânienne (htic), visuels, endocriniens et/ou auxologiques, modification du caractère et/ou de la personnalité, baisse des résultats scolaires ;

  • rechercher des antécédents personnels de pathologie chronique (prise médicamenteuse) et des antécédents familiaux de céphalées. Retracer l’historique des examens paracliniques et des traitements pris (posologie ++, abus d’antalgiques ++).

L’examen neurologique étudiera particulièrement les paires crâniennes, l’oculomotricité, le fond d’œil (FO), recherchera une asymétrie de la motricité, une ataxie, un syndrome méningé, des troubles cognitifs et/ou psychiques, sans oublier l’auscultation du crâne. Ne pas oublier l’examen somatique : poids, taille, périmètre crânien (reconstituer les courbes correspondantes), prise de la température et de la tension artérielle+++ , examen de la peau (syndrome hémorragique et/ou neurocutané), pathologie sinusienne chronique, signes de traumatisme crânien ancien. L’examen clinique est anormal dans 98 % des cas de tumeur cérébrale. Les signes qui comptent (dégradation cognitive, anomalies des réflexes ostéo-tendineux, des mouvements oculaires et/ou du FO, asymétrie de la motricité et/ou de la sensibilité, troubles de coordination - Childhood Brain Tumor Consortium), sont autant d’indications de l’imagerie à côté de céphalées de localisation constante, de signes méningés et/ou d’HTIC, de la présence d’une dérivation ventriculo-péritonéale, d’un syndrome neurocutané, de signes auxologiques et/ou endocriniens, et du jeune âge (≤ 3 ans).

(2) Des céphalées aiguës fébriles font craindre en premier lieu une infection du système nerveux central (méningite, encéphalite) en gardant à l’esprit que dans la grande majorité des cas, on se trouvera en présence d’une banale infection systémique ou des voies aériennes supérieures (VAS) +++.

(3) Devant des céphalées aiguës non fébriles, l’obsession est la recherche d’une hémorragie méningée, mais l’hypertension artérielle +++ est un diagnostic plus fréquent à ne pas méconnaître.

(4) Une migraine est diagnostiquée dans 75 % des cas de céphalées aiguës récurrentes. Le diagnostic de migraine sans aura repose sur la présence d’antécédents familiaux de migraine (50-80 %), d’accès plus brefs que chez l’adulte (< 2 heures), de siège frontal et bilatéral dans 2/3 des cas. Les signes digestifs sont parfois au premier plan et une pâleur inaugurale (3/4 cas) est un argument d’appoint utile. La migraine avec aura se présente préférentiellement par des auras visuelles, mais les auras langagières et/ou motrices, le syndrome d’Alice au Pays des Merveilles, la migraine basilaire sont des pièges qui peuvent faire errer le diagnostic d’autant que la céphalée est parfois absente. Plus rarement, le diagnostic sera celui de céphalées de type tension ou d’algie vasculaire de la face.

(5) Ce cadre correspond aux céphalées projetées, de cause extracrânienne. Retenir ce diagnostic exige la disparition des céphalées avec la correction de l’anomalie incriminée.

(6) Des céphalées chroniques progressives (c’est-à-dire s’aggravant en intensité et/ou en fréquence avec le temps), éventuellement associées à des signes neurologiques focaux et/ou d’HTIC, doivent conduire à la recherche d’un processus expansif intracrânien par une IRM cérébrale. C’est l’imagerie qui permet le diagnostic différentiel d’une tumeur cérébrale.

(7) Les céphalées chroniques non progressives comportent souvent une part psychogène (anxiété ++). La recherche d’un abus d’antalgiques s’impose en cas de céphalées chroniques quotidiennes. Après s’être assuré de la normalité de l’examen neurologique, la réassurance s’impose mais il est parfois judicieux d’adresser l’enfant ou l’adolescent à un pédopsychiatre.

Céphalées et migraines de l'enfant

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

C. Espil-­Taris

Service de Neurologie pédiatrique, Hôpital des Enfants, CHU de Bordeaux, 33076 Bordeaux Cedex, France
Correspondance - Adresse e-mail : caroline.espil@chu-bordeaux.fr
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre diagnostique – Commentaires

L’interrogatoire et l’examen clinique sont les arguments clés pour l’approche diagnostique d’une céphalée : contexte d’installation (brutale, intensité maximale en moins d’une minute : une hémorragie sous arachnoïdienne ; sévère en quelques minutes : une migraine), caractéristiques, examen somatique et neurologique, facteurs déclenchants (stimuli sensoriels, sport, jeûne, pression scolaire, émotions, manque de sommeil).

(1) Toute céphalée fébrile doit faire suspecter une méningite. Une imagerie cérébrale précédera la ponction lombaire s’il existe un signe de focalisation neurologique.

(2) L’examen clinique guide les examens devant une céphalée non fébrile : (3) l’imagerie cérébrale s’impose devant un examen neurologique anormal ou chez un enfant jeune (< 6 ans), (4) la recherche d’une hypertension artérielle est indispensable, ainsi que d’une intoxication au monoxyde de carbone selon le contexte (hiver, anamnèse de l’entourage).

(5) Les céphalées aiguës récidivantes justifient d’un contrôle ophtalmologique (6).

(7) La migraine est une maladie fréquente dont le diagnostic est clinique, facilité par les critères de l’International Head Society (International classification of headache disorders ou ICHD)(Tableau 1). Des signes cliniques associés peuvent être retrouvés : douleurs abdominales, pâleur, sensation vertigineuse. Le sommeil est souvent réparateur. L’aura (visuelle, auditive, sensitivo motrice) précède ou accompagne la migraine.

(8) Les critères de la céphalée de tension sont aussi définis par l’ICHD (Tableau 2). Elle survient plutôt en fin de journée, interférant peu dans les activités de l’enfant, souvent liée au stress. Certains enfants migraineux ont un tableau mixte avec des céphalées de tension.

(9) Devant une céphalée aiguë récurrente secondaire, une imagerie cérébrale s’impose pour rechercher une hypertension intracrânienne, une malformation vasculaire ou de la fosse postérieure. L’électroencéphalogramme n’a aucun intérêt sauf pour le diagnostic différentiel d’une épilepsie occipitale idiopathique (hallucinations visuelles primaires de courte durée sans altération de la conscience et suivies de céphalées post critique d’allure migraineuse, tracé montrant des paroxysmes occipitaux intercritiques). Le phéochromocytome entraîne une hypertension artérielle brutale, importante, à l’origine de céphalées pulsatiles avec troubles neurovégétatifs.

(10) L’algie vasculaire de la face est très intense, pluriquotidienne, unilatérale, associée à un larmoiement et une injection conjonctivale et parfois rhinorrhée. La crise dure 30 à 60 minutes. Une IRM cérébrale élimine une lésion hypothalamique ou du tronc cérébral. Dans la névralgie du trijumeau (douleur fulgurante dans le territoire du trijumeau) il convient d’éliminer un processus expansif du tronc cérébral ou de la fosse postérieure par IRM cérébrale. Ces manifestations restent exceptionnelles chez l’enfant.

(11) Les céphalées chroniques d’installation progressive font toujours craindre une tumeur (12) mais aussi une hydrocéphalie aiguë ou ancienne qui décompense, une hypertension intracrânienneidiopathique (anciennement « bénigne ») dans laquelle le fond d’œil retrouve un œdème papillaire bilatéral.

(13) Il convient également d’éliminer une pathologie plus générale (métabolique, ORL, CO).

(14) Les céphalées chroniques quotidiennes, non progressives, durent au moins 4 heures, plus de 15 jours par mois pendant au moins 3 mois. Il peut exister des répercussions majeures sur la socialisation et scolarisation et, souvent, une co-­morbité avec des troubles psychiques. Certaines sont induites par un abus médicamenteux d’antalgiques.

Toute modification récente de céphalées chronique ou aiguë récurrente justifie une imagerie.

 

Tableau I. Critères diagnostiques de l’ICHD-­II pour la migraine sans aura.

A

Au moins 5 crises répondant aux critères B – D

B

Crise d’une durée de 1 à 72 heures

C

La céphalée présente au moins
deux des caractéristiques suivantes :

  • localisation unilatérale mais peut être bilatérale, fronto-­temporale

  • pulsatile

  • intensité modérée ou sévère

  • aggravation par l’activité physique de routine

D

Durant la céphalée, au moins une des caractéristiques suivantes :

  • nausée et/ou vomissement

  • photophobie et/ou phonophobie

E

Exclusion par l’anamnèse, l’examen clinique
et neurologique, éventuellement par des examens complémentaires, d’une maladie organique
pouvant être la cause de céphalées.

 

Tableau II. Critères diagnostiques de l’ICHD-­II pour la céphalée de tension.

A

Au moins 10 épisodes répondant aux critères B – D

B

Céphalée d’une durée variant entre 30 min et 7 jours

C

Céphalée présentant au moins 2 caractéristiques suivantes :

  • localisation bilatérale

  • sensation de pression (non pulsatile)

  • intensité légère ou modérée

  • aucune aggravation par l’activité physique

D

Deux caractéristiques suivantes :

  • pas de nausée ou vomissement

  • pas de photophobie et phonophobie ou simplement l’une des deux

E

Exclusion par l’anamnèse, l’examen clinique
et neurologique, éventuellement par des examens complémentaires, d’une maladie organique
pouvant être la cause de céphalées

Catégorie:

Conduite à tenir devant une ataxie aiguë chez l'enfant

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

S. Cabasson, J.-­M. Pédespan

Unité de neuropédiatrie, Hôpital Pellegrin-­Enfants, place Amélie ­Raba-­Léon, 33076 Bordeaux Cedex, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : jean-michel.pedespan@chu-bordeaux.fr
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre diagnostique – Commentaires

(1) L’ataxie aiguë correspond à une perte d’équilibre. Nous n’évoquerons pas ici les causes d’ataxies chroniques ou lentement évolutives, qui doivent faire évoquer diverses maladies neurologiques (neuropathies périphériques, ataxie de Friedreich, ataxie-­télangiectasie…). Les causes les plus fréquentes sont l’intoxication médicamenteuse ou alcoolique, et les causes post-­infectieuses, mais de nombreuses étiologies peuvent être responsables d’une ataxie aiguë. La démarche clinique doit être rigoureuse mais peut permettre d’établir rapidement un diagnostic.

(2) L’ataxie cérébelleuse : on peut noter une dysmétrie, une adiadococinésie, une dyschronométrie témoignant d’une ataxie cinétique. L’ataxie statique se recherche à la manœuvre de Romberg, ou en faisant marcher l’enfant sur une ligne droite. L’ataxie cérébelleuse n’est pas modifiée par la fermeture des yeux. La dysarthrie cérébelleuse correspond à une voix scandée.

L’examen décisif est l’IRM cérébrale. Les différents diagnostics possibles sont notamment :

  • La cérébellite post-­infectieuse, notamment varicelleuse. L’EBV, les entérovirus et d’autres virus neurotropes peuvent être plus rarement à l’origine de l’ataxie. Le contexte clinique est souvent évident. On peut retrouver des lésions hyper­intenses en FLAIR et T2 sur l’IRM. L’analyse du LCR peut mettre en évidence une réaction cellulaire.

  • Les tumeurs de la fosse postérieure : 60 % des tumeurs cérébrales de l’enfant sont infratentorielles. Les médulloblastomes et astrocytomes pilocytiques représentent chacun un tiers des tumeurs de la fosse postérieure. L’urgence est la recherche de signes d’hypertension crânienne par hydrocéphalie liée à une compression de l’aqueduc du mésencéphale.

  • Les accidents vasculaires cérébrauxischémiques existent chez l’enfant. Ils peuvent être à l’origine d’un hémi-­syndrome cérébelleux. Il faut rechercher des signes de dissections vertébrales (post­traumatiques ou spontanées) ou d’anomalies du tronc basilaire sur les séquences ­d’angio-IRM. Les AVC hémorragiques donnent des tableaux plus brutaux, avec parfois signes d’hypertension intracrânienne.

  • Un premier épisode démyélinisant : encéphalomyélite aiguë disséminée (ADEM), ou épisode cliniquement isolé. Un contrôle de l’IRM doit être réalisé à 6 mois afin d’évaluer l’évolution vers une SEP.

(3) L’ataxie proprioceptive se manifeste par une instabilité à la position debout, majorée par la fermeture des yeux. Elle correspond à une atteinte cordonale postérieure. Le sens de position du gros orteil, l’absence de sensibilité au diapason (pallesthésie) sont à rechercher. La manœuvre de Romberg est positive à la fermeture des yeux, sans latéralisation, avec une chute retardée. En pratique pédiatrique, l’ataxie proprioceptive aiguë correspond souvent à la phase de début d’un syndrome de Guillain-­Barré. L’aréflexie ostéo-­tendineuse est l’élément clinique déterminant. L’électromyogramme et l’analyse du LCR à la recherche d’une dissociation albumino-­cytologique confirment le diagnostic.

Une atteinte cordonale postérieure peut être liée à une myélite transverse aiguë. Les réflexes ostéo-­tendineux vifs, l’abolition des réflexes cutanés abdominaux orientent vers une origine centrale. L’IRM est dans ce cas décisive.

(4) L’ataxie vestibulaire associe à une instabilité à la fermeture des yeux, un nystagmus, des vomissements, et une sensation vertigineuse. Cette dernière est difficile à recueillir à l’interrogatoire des jeunes patients. La manœuvre de Romberg est positive, avec une chute précoce à la fermeture des yeux. Dans les cas d’atteintes vestibulaires périphériques (atteinte de la VIIIe paire crânienne ou labyrinthique), le syndrome vestibulaire est dit « homogène » avec un nystagmus horizontal et chutes latéralisées du même côté. Il s’y associe fréquemment des signes cochléaires. Il faut alors rechercher un contexte traumatique (fracture du rocher), ou infectieux (otite moyenne aiguë compliquée).

Les vertiges paroxystiques béninschez l’enfant sont rares, et correspondent souvent à des équivalents migraineux chez le jeune enfant. Il existe enfin des ataxies épisodiques à rechute, qui sont des anomalies de canaux ioniques, et pour lesquelles des mutations génétiques sont décrites. Les syndromes vestibulaires centraux, par atteinte du noyau du VIII sont rares en pédiatrie, et doivent faire rechercher d’autres lésions nucléaires. Citons par exemple le syndrome de Wallenberg, par infarctus de la fossette latérale du bulbe.

(5) L’ataxie « inclassable » est relativement fréquente. La séméiologie n’est pas évocatrice des trois causes précédentes, et peut associer des troubles de la conscience, des vomissements, des troubles de l’élocution…

Il faut évoquer alors évoquer :

  • une prise médicamenteuse accidentelle ou volontaire, notamment par psychotropes (benzodiazépines, neuroleptiques…). Il faut également évoquer les sédatifs (chlorpromazine, antihistaminiques…) ainsi que les sédatifs « cachés », notamment les sirops anti-­tussifs, qui comprennent souvent des dérivés codéinés. L’intoxication alcoolique est facile à évoquer chez l’adolescent, mais également possible chez le plus jeune enfant.

  • les surdosages en anti-­épileptiques, notamment carbamazépine et phénytoïne. Les dosages sanguins établissent facilement le diagnostic.

  • l’association avec des myoclonies et des mouvements opsocloniques doit faire évoquer un syndrome opsoclonus-­myoclonus, ou syndrome de Kingsbourne. Dans la majorité des cas, il est lié à la présence d’un neuroblastome.

  • citons également l’ataxie du syndrome de Dravet, qui apparaît parfois de façon sub-­aiguë autour de 2 ans, et qui est un des éléments cliniques évolutifs importants du syndrome.

  • enfin, plus rares mais pas exceptionnelles, les décompensations de maladies métaboliques, parfois non encore diagnostiquées. Citons notamment les déficits enzymatiques du cycle de l’urée, la leucinose.

En conclusion, l’ataxie aiguë doit d’abord être abordée de façon rigoureuse au plan séméiologique. Le contexte clinique, la précision de l’interrogatoire et de l’examen neurologique permettent souvent de déterminer rapidement l’origine du trouble.

Lien d'intérêts

Les auteurs ont déclaré n’avoir aucun conflit d’intérêts pour cet article.
 

Catégorie:

Convulsions néonatales

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

S. Radi, S. Marret

Service de Pédiatrie Néonatale et Réanimation - Centre d’Education Fonctionnelle et Troubles des Apprentissages de l’Enfant & EA 4309 « NEOVASC » Centre Hospitalier-Universitaire et Institut Hospitalo-Universitaire de Recherche Biomédicale. IFR 23. Faculté de Médecine et de Pharmacie, F-76000 Rouen, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : sophie.radi@chu-rouen.fr (S. Radi)
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre diagnostique – Commentaires

(1) Classification des convulsions néonatales

La période néonatale est une période de la vie à haut risque de convulsions. La période de plus grande susceptibilité est la première semaine de vie, en particulier les 48 premières heures. L’existence d’un contexte d’anoxo-ischémie favorise la survenue de crises épileptiques.

Chez le nouveau né, les crises épileptiques doivent être suspectées en cas de manifestations cliniques anormales répétées, quelle que soit leur durée, surtout si l’examen clinique neurologique est anormal. La confirmation de leur origine épileptique ne peut se faire que par électroencéphalogramme : les phénomènes cliniques s’accompagnent de pointes, d’ondes rythmiques ou d’un aplatissement du tracé. L’aspect du tracé de fond permet d’établir un diagnostic de gravité et un pronostic en fonction de son évolution. La durée minimale d’enregistrement est de 1 heure. On distingue chez le nouveau né 4 types de manifestations épileptiques. Les plus fréquentes (54 % chez le nouveau né à terme) sont les crises frustres (ou subtle seizures) : manifestations motrices automatiques (mâchonnement, succion, mouvements de pédalage ou de boxe, nystagmus, errance oculaire…) ; manifestations vasomotrices ou végétatives (pâleur, cyanose, désaturation isolée, variations de fréquence cardiaque et/ou respiratoire, apnées, hypertension artérielle, hypersialorrhée…). Les crises cloniques (23 %) peuvent être multifocales, asymétriques, asynchrones, uni ou bilatérales. Les crises myocloniques (18 %) sont segmentaires et rapides. Les crises toniques (5 %) peuvent être généralisées ou focales.

(2) Encéphalopathie anoxo-ischémique (AI)

Définition selon les critères ACOG (Obstet Gynecol 2004) : pH artériel au cordon < 7 avec Base Déficit ≥ 12 mmol/l et Apgar < 3 à 5 minutes et signes neurologiques avec défaillance d’au moins un organe. Critères d’origine obstétricale : ACOG 2005. Les stades de gravité de l’AI sont classés selon les critères du score Amiel-Tison.

(3) Causes d’encéphalopathies sans AI

Encéphalopathies métaboliques : épilepsie pyridoxinodépendante : crises polymorphes, EME ; hyperglycinémie sans cétose : tableau d’épilepsie myoclonique précoce ; anomalies du transfert du glucose ; déficit en transporteur du glutamate ; convulsions sensibles à l’acide folinique ; déficit en biotinidase, holocarboxylase, sulfite-oxydase, molybdène ; déficit en PDH : agénésie du corps calleux souvent associée, maladie du peroxysome (Zellweger).

Syndrome d’Ohtahara : spasmes et crises focales, EEG inter-critique de type suppression-burst. Peut être associé à des malformations cérébrales étendues (hémi-mégalencéphalie, dysplasie olivaire…).

Autres malformations cérébrales : agyrie-pachygyrie, lésions d’origine toxique (cocaïne), infectieuse (méningoencéphalite)…

(4) Crises épileptiques sans détresse neurologique : étiologies

  • Infarctus cérébral périnatal : crises focales. Dans 1/3 des cas d’infarctus cérébral, certains marqueurs d’anoxie périnatale, même modérés, peuvent être retrouvés (anomalies du rythme cardiaque fœtal, liquide méconial…).

  • Contusion hémorragique pouvant être associée à un hématome de la tente du cervelet

  • Convulsions liées à une hypoglycémie sévère : les risques de séquelles sont importants (50 %), surtout en cas d’hypoglycémie liée à un hyperinsulinisme ou à une anomalie métabolique. Causes métaboliques plus rares : hypocalcémie, hyponatrémie

  • Syndrome de sevrage (toxicomanie maternelle).

(5) État de mal épileptique (EME)

Il n’existe pas de définition consensuelle de l’EME chez le nouveau né. Compte tenu des données expérimentales et cliniques, nous considérons qu’une durée de crise > 15 min ou un nombre de crises répétées subintrantes supérieur à 3 en 30 minutes constituent une indication thérapeutique.

(6) Traitement des crises épileptiques

Il n’existe pas de consensus ni de preuves cliniques établies concernant ce sujet.

Valium® (diazepam) : avantages : administration par voie intra-rectale en l’absence de voie d’abord et délai d’action bref. Inconvénients : efficacité transitoire impliquant une répétition des doses, demi-vie d’élimination longue et risque important d’accumulation, élévation de la bilirubine. Cliniquement : risque de troubles de la vigilance et d’apnées, modification du tracé EEG (rythmes rapides…)

Gardenal® (phénobarbital) et Dilantin® (phénytoïne) : ces deux traitements ont un mode d’action différent. Leur efficacité sur les crises est similaire. La Phénytoïne est plutôt proposée en deuxième intention, elle peut paradoxalement majorer les crises.

Le Rivotril® est utilisé et évalué chez le grand enfant et l’adulte. Il n’existe pas de données concernant le nouveau-né. L’Hypnovel® étant plus évalué chez l’enfant (sédation), cette drogue est souvent préférée.

Place d’un traitement de 3e intention : lorsque l’EME ne peut être inhibé par les traitements précédents, la poursuite du traitement anti-convulsivant reste discutée. La sévérité des lésions neurologiques sous jacentes est prédominante. Deux médicaments sont utilisables à ce stade : la lidocaïne et le thiopenthal. Le choix entre ces deux molécules peut être fait en fonction des habitudes d’utilisation et des effets secondaires prévisibles.

D’autres thérapeutiques sont en cours d’évaluation : bumétamide (Burinex®), topiramate (Epitomax®), levetiracetam (Keppra®).

(7) Pronostic des convulsions néonatales

Le pronostic est essentiellement dépendant de l’étiologie des crises épileptiques. L’AI et les encéphalopathies sont à risque de récidive de crises à long terme. Les séquelles (troubles des apprentissages en particulier) sont plus importantes dans ces situations. Les crises occasionnelles, associées à un examen clinique et à un tracé EEG normaux sont de bon pronostic. En cas d’infarctus cérébral périnatal, l’étendue du territoire vasculaire atteint ne constitue pas, à elle seule, un critère pronostique

(8) Cas particulier du prématuré

Les crises épileptiques du prématuré, lorsqu’elles surviennent en dehors de tout contexte d’AI sont généralement de bon pronostic. Le risque de récidive à long terme, dans ce contexte, est modéré. Le cerveau de l’enfant prématuré est certes, immature (système neuro-excitateur) mais la synaptogénèse corticale est encore peu développée. Les enfants prématurés ayant présenté des convulsions en période néonatale n’ont pas plus de séquelles que les enfants nés à terme

Déformation crânienne du nourrisson

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

F. Di Rocco

Neurochirurgie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris, France
Correspondance - Adresse e-mail : federico.dirocco@nck.aphp.fr
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre décisionnel – Commentaires

(1) Le crâne du nouveau-né étant extrêmement malléable, ­celui-ci présente souvent des déformations qui sont retrouvées jusqu’à 25 % des cas.

Non seulement l’éventail des causes de déformation est extrêmement large, mais les répercussions des déformations crâniennes sont aussi très variées.

En effet, autant certaines déformations vont régresser spontanément et n’auront aucune conséquence pour le nourrisson, autant d’autres se traduisent par des pathologies graves qui peuvent mettre en péril le devenir de l’enfant.

On va résumer dans ce « Pas à pas » les étapes clés de l’interrogatoire et de l’examen clinique.

(2) Les éléments importants à rechercher à l’interrogatoire, seront les éventuelles anomalies survenues au cours de la grossesse. En particulier, on s’attachera à la prise de médi­caments (certains médicaments ayant des effets tératogènes comportant des anomalies de croissance du crâne et des défor­mations comme la trigonocéphalie pour l’acide valproïque). Certaines conditions comme la gémellité, l’oligo-amnios ou la position en siège sont aussi plus fréquemment associées à des déformations crâniennes.

Les éléments de l’accouchement aussi sont importants. Tout élément en faveur d’un traumatisme crânien devra être recherché. En effet, les bosses sérosanguines, les céphalhématomes, mais même les hématomes extraduraux peuvent se traduire par des déformations de la voûte du crâne chez le tout-petit. Le moment d’apparition de la déformation constitue aussi un élément important pour distinguer les formes congénitales de celles apparaissant secondairement.

(3) L’examen clinique de l’enfant portera non seulement sur son crâne, mais aussi sur l’ensemble de l’enfant. En effet, il est fondamental de rechercher des anomalies des extrémités des membres, des articulations pour éliminer tout diagnostic syndromique.

Au niveau crânien, on peut distinguer deux types de malformations :

  1. Des déformations canoniques (4) qui correspondent à des formes répertoriées qui traduisent une anomalie de croissance suturaire. En effet, lors de la fermeture prématurée d’une ­suture, le crâne grandit selon des formes compensatrices : scaphocéphalie, trigonocéphalie, plagiocéphalie antérieure ; brachycéphale, plagiocéphalie postérieure (formes synostotiques). De même, les déformations posturales (5) vont se développer selon une morphologie déterminée. Le crâne s’aplatit postérieurement avec un avancement du rocher et de l’oreille du côté atteint. Dans les formes plus graves, le massif facial aussi pourra être dévié. Dans les formes bilatérales, c’est toute la nuque qui sera aplatie avec une déformation plus symétrique des rochers. Ces déformations posturales ne vont pas régresser spontanément, si aucune mesure n’est prise pour modifier son positionnement.

  2. D’autres déformations « atypiques » (6) ne sont pas canoniques et ne répondent pas à un mécanisme prédéterminé, mais répondent le plus souvent à des mécanismes traumatiques. Nous citerons par exemple le céphalhématome, l’hématome extradural ou les fractures croissantes avec les kystes leptoméningés post-traumatiques qui peuvent se développer chez le petit, notamment après des extractions par ventouse et qui peuvent, là encore, entraîner l’apparition de déformations de la voûte acquises. Certaines déformations en effet vont être présentes dès la naissance (trigonocéphalie, crâne du siège), d’autres par contre vont se manifester progressivement (fracture croissante post-ventouses), d’autres n’apparaîtront qu’à la suite d’un élément particulier (bosse sérosanguine ou hématome extradural suite à un traumatisme).

C’est donc l’intégration de ces différentes notions qui va permettre au clinicien d’orienter son diagnostic et de permettre une prise en charge appropriée, le plus souvent en milieu chirurgical.

Lien d'intérêts

Aucun

Diagnostic étiologique d’une déficience intellectuelle

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

V. des Portes1, A. Verloes2, 4, D. Héron3, 4 et le réseau DéfiScience** pour la SFNP

1Centre de référence « Déficiences intellectuelles de causes rares », HFME, Hospices Civils de Lyon et Université Lyon 1, 59 boulevard Pinel, 69677 Bron, France
2Département de Génétique, INSERM U676, CHU Robert- Debré, AP- HP, 48 boulevard Serrurier, 75019 Paris, France
3Département de Génétique, INSERM CRicm, UMR- S975, Groupe Hospitalier Pitié- Salpêtrière, AP-HP, 47 boulevard Hôpital, 75013 Paris, France
4Centre de référence Maladies Rares « Déficiences intellectuelles de causes rares », Groupe Hospitalier Pitié- Salpêtrière, AP-HP, 47 boulevard Hôpital, 75013 Paris, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail :vincent.desportes@chu-lyon.fr (V. des Portes)
 
** Réseau des Centre de compétences associés aux Centres de référence Maladies Rares "déficiences intellectuelles de causes rares" (Paris et Lyon) et "malformations cérébelleuses" (Paris)

 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre décisionnel – Commentaires

Deux à trois pour cent des nouveau- nés auront une déficience intellectuelle. En faire le diagnostic pour mettre en œuvre la prise en charge, mais aussi en rechercher la cause font partie des missions du pédiatre. Le schéma d’investigation étiologique proposé ici a été validé par le groupe de travail du réseau DéfiScience**. L’objectif principal d’un diagnostic étiologique reste avant tout la recherche d’une cause curable et/ou possiblement récurrente impliquant un conseil génétique fiable. Le choix des examens doit rester avant tout clinique. Mais, très souvent, la déficience intellectuelle est isolée, sans orientation diagnostique. Cette partie du diagnostic peut nécessiter de recourir à un avis spécialisé en génétique et ou neuropédiatrie. Cependant, le pédiatre se doit de connaître sans rentrer dans les détails, les indications de l’imagerie et des principaux examens biologiques, et avoir entendu parler de « puce à ADN », maintenant disponible en routine, pour pouvoir répondre aux questions des parents.

(1) Du retard psychomoteur à la déficience intellectuelle

Plus le handicap est sévère, plus les signes d’appel seront précoces : hypotonie néonatale, retard postural, mauvaise interaction précoce pour une déficience sévère, retard massif du langage, agitation psychomotrice, pour une déficience moyenne, trouble des apprentissages scolaire en primaire pour une déficience légère. Chaque symptôme d’appel amène des diagnostics différentiels multiples, neurologiques, sensoriels, psychiatriques, somatiques, que l’on ne peut synthétiser ici. Les échelles de développement telles que la Brunet Lézine sont utiles pour évaluer précisément en consultation les quatre domaines de développement : posture, coordination motrice fine, langage et interaction sociale. Plus l’enfant est jeune, plus le pronostic cognitif est délicat et la part de déficience sera appréciée selon la manière dont l’enfant mobilise ses compétences et « rattrape » son retard, avec une stimulation bien conduite (kinésithérapeute, puis psychomotricien, prise en charge CAMSP ou CMP). Pour les déficiences légères et moyennes, un test psychométrique est indispensable pour confirmer les difficultés de raisonnement et différentier d’un trouble spécifique des apprentissages.

Si l’enfant ne rattrape pas son retard, une cause (infectieuse, toxique, génétique) doit être recherchée sans attendre, en évitant de rassurer à tort des parents qui ont bien perçu ce décalage comme anormal, et sans mettre les symptômes sur le compte de facteurs purement psychologiques. Il ne faut certes pas inquiéter inutilement, mais surtout savoir enclencher des explorations étiologiques à temps pour répondre aux quatre questions des parents : pourquoi a- t-il un retard ? Comment va- t-il évoluer ? Y a- t-il un traitement ? Quel risque pour un autre enfant ?

(2) Diagnostic ciblé selon la clinique

La plupart des syndromes cliniques peuvent aujourd’hui être confirmés par un test génétique. Cela peut être le séquençage d’un gène ou d’un groupe de gènes responsables d’un syndrome clinique, ou bien l’hybridation sur caryotype d’une sonde spécifique (FISH, fluorescent in situ hybridization) qui permet d’identifier sur un caryotype des microdélétions, sur la région chromosomique correspondant à un syndrome suspecté cliniquement (Williams, DiGeorge, Smith- Magenis…). Des techniques de génétique moléculaire quantitative, telle que la mlPA (multiplex ligation- dependant polymerase amplification) permettent de dénombrer le nombre de copies d’une région chromosomique donnée, soit pour identifier une délétion/duplication d’un gène cible évoqué cliniquement mais dont la séquence est apparemment normale, ou pour étudier d’un coup plusieurs dizaines de loci, dont, par exemple les régions subtélomériques, sièges de 2,5 % à 5 % d’anomalies non visibles sur le caryotype. Le groupe très vaste des maladies héréditaires du métabolisme, sera évoqué devant certaines situations cliniques : atteinte multiviscérale ou sensorielle, signes neurologiques progressifs ou fluctuants, épisodes neurologiques aigus inexpliqués,

intolérances aux protéines, justifient ces explorations spécialisées. En l’absence d’orientation clinique, une chromatographie des acides aminés sanguins (CAAs), une chromatographie des acides organiques urinaires (CAOu) et un CDG (trouble de N- glycosylation des protéines) seront demandés en cas de consanguinité des parents ou de déficience intellectuelle sévère ou profonde. Par ailleurs, en l’absence d’IRM avec spectroscopie, un dosage urinaire du guanidinoacétate et de la créatine, permet de rechercher un défaut de synthèse ou de transport de la créatine, peu spécifique cliniquement.

(3) L’imagerie cérébrale par résonance magnétique (IRM)

L’IRM serait anormale dans 30 % des cas de RM, dans plus de 40 % des examens lorsqu’il y a une symptomatologie neurologique, mais dans moins de 15 % quand il n’y a pas de signe d’appel. Toutefois, les anomalies observées ne fournissent la clé du diagnostic étiologique que dans 2 à 4 % des cas. Une IRM est indiquée en cas de macro- ou de microcéphalie, en cas d’épilepsie ou de régression, de signes neurologiques, en cas de retard sévère avec retard moteur (marche non acquise à 2 ans). En dehors de ces situations, le rendement est quasi nul et l’IRM ne sera pas faite en première intention.

(4) Bilan sans orientation clinique

Le syndrome X fragile est une pathologie fréquente (1/5 000 garçons et 1/9 000 filles) dont le diagnostic clinique est parfois difficile. Son caractère familial et ses conséquences pour le conseil génétique justifient sa réalisation systématique devant toute DI non syndromique. Chez un garçon, le dosage des CPK dépiste précocement une myopathie de Duchenne, qui peut se manifester d’abord par un retard psychomoteur. Le bilan thyroïdien est indispensable, car de nombreux syndromes s’accompagnent d’une dysthyroïdie source de surhandicap. De plus, la comparaison de T3 et T4 permet de suspecter un déficit en transporteur cérébral de la T3 (gène MCT8), affection liée à l’X, caractérisée par des taux élevés de T3, contrastant avec des valeurs de T4 basse.

(5) Évolution des techniques de génétique « pangénomiques », sans orientation clinique

Le caryotype est un examen pangénomique de faible sensibilité. En dehors de la trisomie 21 (qui explique à elle seule environ 10 % de l’ensemble des DI), le rendement diagnostique du caryotype est faible. L’hybridation génomique comparative (CGH : comparative genomic hybridization) sur matrice ordonnée (microréseau ou array CGH ou « puce à ADN ») constitue une véritable révolution diagnostique. La puissance de la technique vient de sa capacité à analyser d’un seul coup un très grand nombre de loci. Dans une population d’enfants présentant une déficience intellectuelle à caryotype normal, 10 à 20 % présentent des remaniements génomiques significatifs en CGH. Certaines variations observées sont de simples polymorphismes ; d’autres peuvent révéler des facteurs de risque non recherchés tels que prédisposition à des cancers. La complexité de l’information recueillie doit être impérativement expliquée aux parents lors de la signature du consentement au test génétique. Avec ces précautions, il est désormais recommandé d’abandonner le caryotype au profit d’une puce faite en première intention, puisque plus de 80 % des anomalies chromosomiques sont infra- cytogénétiques.

Liens d’intérêts

Les auteurs ont déclaré n’avoir aucun conflit d’intérêts pour cet article.

Douleur provoquée par les soins : de la crème EMLA à la kétamine

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

S. Laborde

Consultation douleur chronique de l’enfant et de l’adolescent, CHU de Bordeaux, place Amélie- Raba- Léon, 33076 Bordeaux, France
Correspondance - Adresse e-mail : docslaborde33@orange.fr (S. Laborde)

[[{"fid":"119","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"2":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"664","width":"1000","class":"media-element file-full","data-delta":"2"}}]]

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre diagnostique – Commentaires

La douleur liée aux soins représente la douleur la plus fréquente à l’hôpital et en médecine générale. Ainsi, sa prise en considération est indispensable en particulier lorsque ces soins doivent être répétés. Le but est d’éviter la mémorisation de la douleur notamment dans sa composante émotionnelle [1] et l’évolution vers des comportements phobiques empêchant un accompagnement serein de l’enfant. Une prise en charge adaptée de ces douleurs permet de limiter voir de supprimer la contention en associant aux outils médicamenteux des techniques non médicamenteuses [2] qui permettront la participation de l’enfant et de ses parents (distraction, hypnose, relaxation, etc.).

Des recommandations existent et guident les soignants pour un accompagnement de meilleure qualité.

(1) Il est difficile de lister l’ensemble des soins potentiellement douloureux pour l’enfant. De plus, la douleur perçue au cours d’un même soin sera variable selon chaque enfant, selon son âge, selon son vécu des expériences douloureuses antérieures. Avant toute chose, si l’enfant le souhaite, une information adaptée pourra lui être donnée sur le soin et son déroulement. Il est également important dans la mesure du possible et en dehors de l’urgence d’organiser le soin, de l’anticiper par rapport au rythme de l’enfant, de le préparer avec lui en fonction de la personne ressource qu’il souhaite auprès de lui (parents) et des moyens non médicamenteux qu’il a choisi.

(2) L’EMLA® doit être proposé chaque fois qu’il y a effraction cutanée en dehors de l’urgence. Il peut être proposé à tout âge sauf si l’enfant le refuse. Le MEOPA® (Mélange équimolaire d’oxygène et de protoxyde d’azote) est le produit de référence pour les actes et les soins douloureux chez l’enfant car il possède un ensemble de caractéristiques originales : rapidité et réversibilité d’action, effet antalgique et excellent profil « bénéfice/risque ». Le MEOPA® ne permet pas de couvrir tous les actes et soins douloureux. Selon les indications, l’âge de l’enfant et l’expérience de l’équipe, 10 à 30 % d’échecs sont observés. Les enfants de moins de 2 ans ont des effets beaucoup moins marqués [3].

Les solutions sucrées sont efficaces jusqu’à l’âge de 4 mois pour diminuer la douleur provoquée par des gestes invasifs tels que les ponctions veineuses et capillaires. L’allaitement maternel est une alternative aussi efficace qu’une solution sucrée [3].

(3) Évaluation systématique après chaque acte potentiellement douloureux. L’auto- évaluation est à privilégier dans la mesure du possible. L’outil d’évaluation sera adapté à l’âge et au contexte selon les recommandations de l’ANAES 2000 [4]. L’accompagnement du soin suivant sera adapté et réajusté en fonction du résultat de cette évaluation et du retour que fera l’enfant de son vécu du soin (si l’âge le permet).

(4) Lorsque les moyens décrits à l’étape 1 restent insuffisants, notamment lors de certains pansements, lors de réductions de fractures, de soins répétés, chez les enfants très anxieux ou phobiques. Le MEOPA® reste alors trop souvent le seul médicament utilisé. Même si sa sécurité est maximale quand il est utilisé seul sans association médicamenteuse [3], il n’est pas rare de le voir associer à un morphinique (nalbuphine ou morphine) et/ou à un sédatif (essentiellement le midazolam) avec des voies d’administration variables (rectale, orale, intraveineuse, etc.) [2]. Ces associations sont utilisées le plus souvent avec un niveau de sécurité insuffisant : pas de consigne de jeûne, pas d’évaluation d’éventuelles contre- indications, pas de critères de surveillance, etc. Toute prémédication associée au MEOPA® (psychotrope, morphinique, etc.) nécessite une vigilance accrue. Cependant, le risque respiratoire lié à la potentialisation par ces produits reste exceptionnel. Ces associations médicamenteuses restent encore largement utilisées et sont retrouvées dans les Standards Options Recommandations concernant la prise en charge des douleurs des soins chez l’enfant atteint de cancer [2].

Les dernières recommandations concernant la prise en charge des douleurs de l’enfant décrivent la kétamine comme ayant un profil pharmacologique original : les réflexes de protection laryngés sont maintenus, la respiration spontanée, le système cardiovasculaire ne sont pas déprimés, l’analgésie est puissante [3].

Il s’agit d’un anesthésique utilisé dans les indications de l’AMM par tout médecin spécialisé en anesthésie- réanimation ou en urgence. Néanmoins, lorsque le MEOPA® est insuffisant pour réaliser dans de bonnes conditions un geste douloureux, la kétamine à faible dose (titration de bolus intraveineux de 0,5 mg/kg sans dépasser 2 mg/kg) apparaît le seul médicament potentiellement utilisable sans la présence d’un médecin anesthésiste [3,5].

(5) Enfin, certains soins doivent d’emblée être réalisés sous anesthésie générale (AG) comme les biopsies osseuses. Dans certains cas de phobie ou en cas de gestes multiples [2], le recours à une AG pourra se discuter au cas par cas.

Liens d’intérêts

L’auteur a déclaré n’avoir aucun conflit d’intérêts pour cet article.

Catégorie:

Douleurs abdominales aiguës

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

H. Haas

Hôpitaux pédiatriques CHU Lenval, 57 avenue de la Californie, 06200 Nice, France
Correspondance - Adresse e-mail : haas.h@pediatrie-chulenval-nice.fr (H. Haas)

[[{"fid":"391","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_title[und][0][value]":"","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_file_copyright_note[und][0][value]":"http://pap-pediatrie.com/","field_els_category[und]":"_none","field_els_tags[und]":"","field_els_admin_tags[und]":""},"type":"media","field_deltas":{"2":{"format":"full","field_file_title[und][0][value]":"","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_file_copyright_note[und][0][value]":"http://pap-pediatrie.com/","field_els_category[und]":"_none","field_els_tags[und]":"","field_els_admin_tags[und]":""}},"link_text":false,"attributes":{"height":"741","width":"1128","class":"media-element file-full","data-delta":"2"}}]]

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre diagnostique – Commentaires

(1) Objectif principal : ne pas méconnaître une affection chirurgicale :

  • notion de traumatisme, d’intervention (recherche de cicatrices abdominales) et le contexte général en particulier familial ;

  • les caractéristiques de la douleur, le siège. L’enfant désigne souvent la région péri-ombilicale, une topographie localisée peut orienter vers une cause organique ;

  • les signes associés généraux (en particulier la fièvre) ;

  • l’examen clinique spécifique apprécie la souplesse et la dépressivité de l’abdomen, un point douloureux localisé, des signes d’irritation péritonéale (douleur aggravée par la mobilisation, la décompression), les fosses lombaires, les orifices herniaires et la présence d’une masse abdominale.

(2) Occlusions : douleurs abdominales, vomissements, arrêt des matières et des gaz, ballonnement abdominal. Présence de liquides sur la radiographie de l’abdomen sans préparation. L’existence de niveaux liquides avec distension intestinale doit conduire à un avis chirurgical (bride, volvulus, maladie de Hirschsprung).

(3) Appendicite aiguë :

  • Forme typique : douleur de la fosse iliaque droite, nausées, vomissements, fièvre le plus souvent modérée (38 °C), douleur à la palpation ou à la décompression de la fosse iliaque droite s’accompagnant d’une défense et parfois d’une douleur au toucher rectal. Les examens complémentaires sont souvent peu contributifs (polynucléose, visualisation d’une stercolithe appendiculaire sur l’abdomen sans préparation, niveaux liquides au niveau de la fosse iliaque droite). L’échographie abdominale peut retrouver une douleur au passage de la sonde, visualiser l’appendice, sa taille, une infiltration des tissus environnants, une hypervascularisation locorégionale, voire un épanchement.

  • Le diagnostic est difficile avant 2 ans (parfois fièvre élevée, vomissements ou diarrhées).

  • La péritonite, avant tout appendiculaire, est à évoquer devant une contracture associée, ou un pneumopéritoine sur l’abdomen sans préparation.

(4) L’adénolymphite mésentérique réalise un tableau fébrile et douloureux survenant au décours d’une infection rhino-pharyngée ou respiratoire. Le diagnostic différentiel avec l’appendice aigu est difficile et justifie que les enfants soient surveillés et réexaminés.

(5) IIA à évoquer surtout avant 2 ans : refus du biberon, vomissements et cris aigus par crises. Diagnostic parfois difficile dans certains tableaux cliniques : formes neurologiques, convulsions, ou formes « pseudo-entériques » avec diarrhée. Une masse abdominale (boudin d’invagination) peut être perçue au toucher rectal. Le diagnostic est confirmé par l’échographie, ainsi que par le lavement à l’air qui permettra le plus souvent la réduction.

Chez l’enfant plus grand, l’IIA est avant tout secondaire et se manifeste par un tableau d’occlusion. Le diagnostic doit toujours être évoqué dans les douleurs abdominales avec vomissements survenant chez un enfant présentant un purpura rhumatoïde.

(6) L’étranglement herniaire : palpation systématique des orifices herniaires.

(7) Jeune fille : une masse pelvienne ou pelvi-abdominale, associée à des douleurs abdominales et des vomissements, doit faire évoquer la torsion d’une tumeur ovarienne. En période pubertaire, il faut examiner la vulve et penser à un hématocolpos. La possibilité d’une grossesse doit être présente à l’esprit, y compris extra-utérine.

(8) Garçon : des douleurs scrotales associées à un testicule augmenté de volume et très douloureux à la palpation doivent faire évoquer le diagnostic de torsion du testicule et une intervention urgente.

(9) Une pneumonie franche lobaire aiguë : une fièvre élevée (> 39 °C), une asthénie, une toux sèche, parfois la rougeur d’une pommette ou un herpès labial sont en faveur de ce diagnostic. Le foyer radiologique peut être retardé. La polynucléose est fréquente.

(10) Infections urinaires : les douleurs abdominales peuvent être révélatrices. La recherche positive de leucocytes et/ou nitrites par bandelette doit faire pratiquer un examen cytobactériologique des urines.

(11) Hépatite virale : peut s’accompagner à la phase prodromique de vomissements. Un subictère conjonctival, une décoloration des selles et/ou des urines foncées et le dosage des transaminases orienteront le diagnostic.

(12) Purpura rhumatoïde : les douleurs abdominales peuvent être présentes avec ou sans invagination aiguë. La coexistence des signes cutanés et articulaires facilite le diagnostic mais le tableau peut être plus trompeur lorsque les douleurs abdominales sont inaugurales.

(13) Les angines streptococciques s’accompagnent souvent de douleurs abdominales.

(14) Atteinte du myocarde ou du péricarde : une fatigue anormale, un essoufflement important d’abord à l’effort puis au repos, des douleurs thoraciques, des palpitations peuvent être associés aux douleurs abdominales, évoquant une défaillance cardiaque. Hospitalisation urgente.

(15) En cas d’APLV, les signes digestifs et notamment les douleurs abdominales sont présents dans plus de la moitié des cas.

(16) La maladie périodique dans sa phase aiguë : douleurs abdominales aiguës d’évolution le plus souvent spontanément favorable, fièvre et douleurs articulaires. L’origine ethnique et l’histoire familiale, voire l’enquête génétique peuvent aider au diagnostic.

(17) En l’absence de troubles digestifs, penser :

  • aux parasitoses intestinales (oxyures, ascaris) ;

  • selon le contexte :

  • ethnique : une drépanocytose,

  • pâleur : une anémie hémolytique aiguë,

  • syndrome œdémateux et oligurie : une glomérulonéphrite, un syndrome néphrotique,

  • syndrome polyuro-polydipsique : un diabète sucré,

  • douleurs prémenstruelles : dysménorrhées ;

  • sans méconnaître :

  • un ulcère gastroduodénal qui peut justifier une fibroscopie,

  • une lithiase urinaire ou biliaire (abdomen sans préparation, échographie…).

(18) Imagerie : peu d’examens sont nécessaires : abdomen sans préparation, échographie abdominale, voire tomodensitométrie dans les situations les plus difficiles.

Liens d’intérêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

Catégorie:

Douleurs thoraciques

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

I. Claudet1,*, R. Amadieu2

1Urgences pédiatriques, hôpital des enfants, CHU Toulouse, 330, avenue de Grande-Bretagne, 31059 cedex 9 Toulouse, France
2Cardiologie pédiatrique, hôpital des enfants, CHU Toulouse, 330, avenue de Grande-Bretagne, 31059 cedex 9 Toulouse, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : claudet.i@chu-toulouse.fr (I. Claudet)

[[{"fid":"387","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_title[und][0][value]":"","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_file_copyright_note[und][0][value]":"http://pap-pediatrie.com/","field_els_category[und]":"_none","field_els_tags[und]":"","field_els_admin_tags[und]":""},"type":"media","field_deltas":{"2":{"format":"full","field_file_title[und][0][value]":"","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false,"field_file_copyright_note[und][0][value]":"http://pap-pediatrie.com/","field_els_category[und]":"_none","field_els_tags[und]":"","field_els_admin_tags[und]":""}},"link_text":false,"attributes":{"height":"707","width":"1131","class":"media-element file-full","data-delta":"2"}}]]

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre diagnostique – Commentaires

(1) Antécédent (ATCD) orientant vers une cause cardiologique : personnels (vascularites, coagulopathie, néoplasie, myopathie, hypercholestérolémie familiale homozygote, Marfan, chirurgie cardiaque, transplantation cardiaque, cardiopathie connue, Kawasaki, péricardites), familiaux (mort subite ou mort précoce de cause inconnue, arythmie, cardiomyopathie, dissection aortique).

(2) Cardiotoxiques : marijuana, tricycliques, cocaïne, méthamphétamines, cannabinoïdes de synthèse… : risque d’ischémie coronaire ou d’arythmie.

(3) Anomalies examen cardiaque : tachycardie, polypnée, auscultation anormale (arythmie, souffle cardiaque organique, click systolique, galop, frottement péricardique, assourdissement des bruits du cœur, majoration B2 pulmonaire), diminution ou absence des pouls fémoraux, hépatomégalie.

(4) Anomalies examen pulmonaire : polypnée, signes de lutte, auscultation anormale (diminution du murmure vésiculaire, bruits surajoutés), percussion anormale (matité, hypertympanisme).

(5) Anomalies ECG : tachyarythmie, extrasystole, hypertrophie ventriculaire droite ou gauche, bloc de branche droit complet, pré-excitation, QRS microvoltés, S1Q3, modification ST > 2 mm, T < 0 (hors V1 à V5), QTc > 450 ms.

(6) Suspicion de myocardite : fièvre, virose, douleur constrictive, tachycardie, polypnée, souffle, galop, sus-décalage du ST.

(7) Suspicion d’ischémie coronaire : douleur à l’effort, douleur constrictive, irradiant dans la mâchoire ou dans l’épaule-main gauche, ATCD de maladie de Kawasaki, chirurgie cardiaque (Ross, TGV), transplantation cardiaque, CMH, CMD, sténoses aortiques, anomalie de naissance ou de trajet des coronaires, fistule coronaire, hypercholestérolémie homozygote familiale, prise de cardiotoxiques (2), tachycardie, polypnée, souffle, galop, modifications ST, T < 0, ondes Q.

(8) Causes cardiologiques : péricardite, myocardite, CMD, CMH, sténoses aortiques, anomalies congénitales des coronaires, sténose coronaire compliquant une maladie de Kawasaki, sténose ostiale coronaire après réimplantation chirurgicale des coronaires (TGV, Ross…), coronaropathie du greffon, sténose coronaire sur hypercholestérolémie familiale homozygote, arythmies, dissection aortique, hypertension pulmonaire, cardiotoxiques (2), embolie pulmonaire. Les causes cardiologiques sont en pratique rares.

(9) Causes digestives : reflux gastro-œsophagien, œsophagite, spasme œsophagien, ulcère gastroduodénal, gastrite, cholécystite.

Liens d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec cet article.

Catégorie:

Épisode délirant aigu à l'adolescence

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

P. Bizouard1, F. Cosseron2

1Service de psychiatrie infanto-juvénile, Centre hospitalier universitaire Hôpital Saint-Jacques, 2, place Saint-Jacques, 25030 Besançon cedex, France
2Centre hospitalier Théophile Roussel, 1 rue Philippe Mithouard, 78360 Montesson, France
* Auteur correspondant - Adresse e-mail : vfcosseron@free.fr
 

 

Arbre diagnostique – Commentaires

La survenue d’un épisode délirant aigu à l’adolescence est relativement fréquent, n’est pas toujours grave, mais pose la question du devenir, le risque évolutif étant celui d’un début de pathologie mentale : schizophrénie ou trouble bipolaire de l’humeur.

Ce délire peut être manifeste ou non dans le cadre d’un état global d’excitation ou, au contraire, de prostration, de sidération, le délire n’étant pas franchement exprimé.

La durée d’évolution de l’épisode au moment où on reçoit l’adolescent pour la première fois va être un premier facteur d’orientation.

(1) Si l’épisode a une durée brève transitoire (quelques heures), il y a lieu de le distinguer d’une variation de la normale, dans le contexte de ce qu’on a coutume d’appeler « la crise d’adolescence ». Dans ce cas, il n’y a pas lieu d’envisager d’hospitalisation immédiate, mais plutôt une surveillance dans le milieu de vie habituelle, à condition qu’il n’existe pas de signes somatiques, en particulier de la fièvre ou de désorientation temporo-spatiale, ces deux éléments associés à la durée sur plus de 24 h font envisager d’autres bilans et types d’intervention.

(2) En effet, si le trouble du comportement et le délire plus ou moins évident s’accompagnent de fièvre, un bilan infectieux et métabolique devra être fait, associé à un examen clinique neurologique complet. La recherche d’antécédents immédiats ou plus anciens de prises de toxiques ou de médicaments peut être un élément d’orientation diagnostique important à ce moment.

(3) S’il n’y a pas de fièvre, ni de désorientation temporo-­spatiale, un autre élément d’orientation sera la présence ou non d’événements environnementaux ayant pu déclencher des réactions émotionnelles vives, surtout si le sujet est particulièrement sensible et la famille peu contenante : il s’agit classiquement de réactions à des situations de séparation brutale, d’accident, de mort, d’agression, notamment sexuelle ou d’événements climatiques, de guerres, etc., tout ce qui peut provoquer un traumatisme psychique. Dans ce cas, la réaction peut être brutale, extériorisée rapidement, mais va pouvoir évoluer favorablement assez vite en quelques heures, en quelques jours, ce qui nécessite un accompagnement de l’adolescent et de sa famille par un personnel soignant expérimenté (Cellule ­d’urgence médico-psychologique, [CUMP]).

(4) En l’absence de fièvre, de désorientation temporo-spatiale et d’événements extérieurs possiblement déclenchants, on ­s’attachera à repérer le mode évolutif du trouble, qu’il soit franc ou, le plus souvent, insidieux, avec ou sans agitation.

C’est dans ces cas qu’on sera attentif à dépister les signes ­directs ou indirects (repli, inquiétude, méfiance, refus de s’alimenter, crainte d’être empoisonné, épié, surveillé, téléguidé). Des attitudes d’isolement, de fuite, d’écoute, de mains sur les oreilles ou devant les yeux peuvent faire penser à l’existence d’hallucinations acoustiques ou visuelles, voire de voix intérieures, de commentaire des actes, d’impressions d’être percé à jour.

Dans tous ces cas, on doit bien sûr s’assurer d’abord par des examens clinique et paraclinique (scanner, IRM), de l’absence d’une pathologie neurologique, traumatique, infectieuse, vasculaire, tumorale, dégénérative ou d’une pathologie toxique, métabolique.

(5) En cas d’hallucinations auditives et visuelles il faudra ­s’assurer par un bilan sensoriel qu’il n’existe pas d’atteinte des organes perceptifs.

Dans les autres cas, on s’attachera à différencier si le délire est lié à un processus interprétatif, imaginatif et quel est son thème.

On va s’efforcer d’instituer autour de l’adolescent préoccupant un cadre rassurant et contenant, parfois possible grâce à la coopération de la famille avec un maintien à domicile, mais nécessitant souvent une hospitalisation, voire même un placement à la demande des parents ou d’office si les manifestations comportementales sont particulièrement spectaculaires ou dangereuses. Il ne faut pas méconnaître surtout la possibilité de troubles de l’humeur associés soit dans le sens d’une excitation, soit dans le sens d’une dépression avec, dans ce cas, le risque de passage à l’acte suicidaire qui n’est pas exclu et qui nécessite des précautions d’une surveillance clinique dans un contexte de sécurité encore plus grande.

(6) Si les manifestations délirantes se confirment dans le temps, si elles s’organisent de manière structurée avec un thème prévalent, la grande préoccupation sera d’évaluer les risques d’évolution vers une schizophrénie (15 % des cas). L’association de troubles de l’humeur permettra de porter un pronostic différent, puisqu’il pourrait s’agir à ce moment-là d’un début de trouble bipolaire (30 % des cas) dont le pronostic à long terme est moins préoccupant que celui de schizophrénie, puisque l’humeur peut être stabilisée par des traitements thymorégulateurs. Dans ce cas, en dehors des épisodes pathologiques, le sujet peut retrouver un état d’équilibre stable d’assez bonne qualité. Il n’en est pas de même s’il s’agit d’une évolution vers un état schizophrénique structuré, persistant, se manifestant par une dissociation de la pensée par rapport aux actes et aux émotions. Souvent, à cet âge, le vécu délirant est flou, mal systématisé, polymorphe et cette évolution nécessite l’introduction d’un traitement neuroleptique antipsychotique au long cours, éventuellement par un traitement retard si le sujet ne participe pas à la prise en charge médicamenteuse, dont on doit le persuader de la nécessité.

Reste qu’un grand nombre (40 % de cas) de ces bouffées ­délirantes de l’adolescence vont évoluer favorablement sans séquelle ultérieure comme de nombreux travaux cités en ­bibliographie le démontrent.

Lien d'intérêts

Aucun

Hypotonie néonatale : stratégie diagnostique

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

I. Desguerre

Service clinique des maladies du développement, Hôpital Necker – Enfants Malades, Paris, France
Correspondance - Adresse e-mail : isabelle.desguerre@nck.aphp.fr
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre diagnostique – Commentaires

(1) Une hypotonie néonatale s’inscrit dans un contexte périnatal. On éliminera en premier lieu les causes transitoires d’hypotonie néonatale infectieuses et d’intoxication maternelle. On recherchera durant la grossesse des prises médicamenteuses ou de toxiques, une infection, une fatigabilité musculaire, l’existence d’une hypomobilité fœtale (mains et pieds bots, luxation de hanches), un siège, un retard de croissance intrautérin, des éléments malformatifs.

(2) Dans les hypotonies dites centrales, la motricité spontanée est pauvre mais celle provoquée est présente, souvent anarchique avec disparition des réflexes archaïques. L’existence d’une microcéphalie ou une macrocéphalie, l’absence de contact oculaire sont des arguments pour une cause cérébrale.

(3) Une atteinte dite périphérique est évoquée lors : (a) d’une hypotonie paralytique (motricité spontanée et provoquée très faible, absence de mouvements en dehors du plan du lit) ; (b) de déformations orthopédiques ; (c) d’une amimie et/ou une ophtalmoplégie et d’un ptosis ; (d) de l’abolition des réflexes ostéotendineux, de la présence de fasciculations linguales en faveur d’une atteinte de la corne antérieure ; (e) d’une détresse respiratoire ou d’une absence d’autonomie respiratoire (hypomobilité thoracique en faveur d’une paralysie du diaphragme et des intercostaux, respiration paradoxale en faveur d’une atteinte isolée des intercostaux avec respect du diaphragme).

Les troubles de succion déglutition par contre peuvent se rencontrer dans les deux mécanismes d’atteinte soit par paralysie des muscles de la face et de la déglutition soit par troubles de coordination d’origine centrale en particulier dans les dysfonctions du tronc cérébral.

Les examens de bases sont une imagerie cérébrale (IRM cérébrale et scanner à la recherche de calcifications), un fond d’œil, un électroencéphalogramme, le dosage des créatines kinases. Le bilan métabolique et les examens génétiques seront réalisés en fonction de l’orientation clinique sachant qu’un caryotype est souvent indispensable et que l’analyse pour le syndrome de Prader Willy sera fréquemment demandée. Le bilan d’une atteinte paralytique commencera par l’étude du gène MPK1 (Steinert congénital) et le dosage des anticorps anti-récepteurs à l’acetylcholine d’origine maternelle. L’électromyogramme n’est pas contributif en période néonatale et la biopsie musculaire doit être réalisée en milieu spécialisé, différée de quelques mois sauf si une décision thérapeutique en dépend (poursuite de la réanimation).

(4) Les causes cérébrales et génétiques : 75 % cas

Clastiques vasculaires ou infectieuses anténatale avec des aspects particuliers à l’imagerie cérébrale, une anamnèse compatible. Elles nécessitent un bilan d’embryofœtopathie avec une ponction lombaire avec dosage d’interféron et PCR virale.

Malformatives cérébrales ont des origines variées et nécessitent un bilan exhaustif. Il peut s’agir d’anomalies de la gyration sustentorielles : pachygyrie, polymicrogyrie, lissencéphalie, d’une agénésie du corps calleux, de malformations de la fosse postérieure.

Métaboliques avec soit un intervalle libre de quelques heures ou jours qui doit faire rechercher en urgence une maladie d’intoxication (chromatographie de AA, AO, ammoniémie), soit une hypotonie massive témoignant d’une encéphalopathie sévère avec épilepsie (hyperglycinémie sans cétose, maladie de Menkès, maladie péroxysomale), soit un tableau d’arthrogrypose associée à un anasarque avec une hépato-splénomégalie en faveur d’une mucolipidose.

Médullaires si l’hypotonie prédomine aux membres inférieurs avec un sillon interfessier pathologique, une fossette sacrococcygienne, un globe vésical.

Les maladies neuromusculaires : 25 % des cas

(5) La myotonie de Steinert congénitale (gène MPK1). Des signes anténataux sont quasi constants, pieds ou mains bots, hydramnios, parfois même mort fœtale in utéro. La mère est constamment transmettrices.

(6) Les myopathies congénitales avec une atteinte de la face et des muscles respiratoires qui peut être associés à une hypoplasie pulmonaire. La biopsie musculaire est indispensable et contributive dans environ 50 % des cas en période néonatale en révélant des anomalies structurelles typiques (Nemaline, central core, multiminicore, myotubulaire) soit une dystrophie musculaire congénitale (associée dans la moitié des cas à des anomalies cérébrales).

(7) L’amyotrophie spinale (abolition des réflexes ostéotendineux et fasciculations linguales) de diagnostic aisé par l’étude du gène SMN.

(8) Les syndromes myasthéniques congénitaux d’origine génétique. La fluctuation et la variabilité des troubles doit faire évoquer le diagnostic (déformations articulaires anténatales, ptosis, ophtalmoplégie, troubles bulbaires, malaises). Un test à la prostigmine IV ou per os sur 8 jours réalisé proche d’une réanimation peut aider au diagnostic.

La myasthénie transmise d’origine auto-immune maternelle n’est absolument pas corrélée à la gravité de la myasthénie maternelle (la mère peut être pauci et même asymptomatique). L’amélioration est spontanée sur quelques jours à quelques semaines correspondant au temps d’élimination des anticorps.

Macrocéphalie

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

C. Cancès, C. Tison, E. Cheuret, C. Karsenty, Y. Chaix

Unité de neurologie pédiatrique, Hôpital des Enfants, 330, avenue de Grande-Bretagne, TSA 70034, 31059 Toulouse cedex, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : cances.c@chu-toulouse.fr (C. Cancès)
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre diagnostique – Commentaires

La macrocéphalie est un symptôme fréquent, pouvant être révélateur de nombreuses pathologies neurologiques chez l’enfant. La recherche de symptômes neurologiques et extra neurologiques permet également de guider la démarche diagnostique et les explorations nécessaires.

Les examens neuroradiologiques de type échographie transfontanelle (ETF) et tomodensitométrie (TDM) crânienne sont les examens de « débrouillage », éventuellement complétés par une imagerie par résonance magnétique (IRM), mais de manière non systématique. Le fond d’œil (FO) reste un examen important permettant d’amener soit des arguments en faveur d’une hypertension intracrânienne, soit des éléments d’orientation étiologique notamment par la recherche d’une rétinite pigmentaire associée.

(1) Outre la mesure du périmètre crânien, son évaluation régulière et sa cinétique d’évolution permettent une stratégie hiérarchisée de diagnostic en distinguant les macrocéphalies primaires ou secondaires, progressives ou non.

(2) Les macrocéphalies primaires, non progressives, harmonieuses et isolées nécessitent une analyse de l’anamnèse personnelle et familiale (mesure du périmètre crânien des parents), ainsi qu’une imagerie cérébrale, afin de poser le diagnostic de méga-encéphalie idiopathique. Une transmission autosomique dominante est souvent évoquée, au vu des antécédents familiaux de macrocrânie isolée.

(3) Les macrocéphalies primaires, non progressives, sans répercussion neurodéveloppementale peuvent être parfois associées à d’autres symptômes notamment cutanés : la neurofibromatose de type I en est le principal exemple, tout comme certains syndromes d’hémihypertrophie corporelle.

(4) Les principaux syndromes génétiques associant macrocéphalie et retard neurocognitif, sans anomalie cérébrale, sont le syndrome de l’X-fragile et le syndrome de Sotos.

(5) La mise en évidence d’une macrocéphalie chez des patients présentant une encéphalopathie, notamment d’allure progressive, doit inciter à rechercher une leucodystrophie : Maladie d’Alexander, maladie de Canavan et gangliosidoses à GM2 (maladie de Tay-Sachs, maladie de Sandhoff à forme infantile) sont alors les principales étiologies retrouvées par des enquêtes biochimiques et moléculaires.

Une acidurie D2hydroxyglutarique, une acidurie glutarique de type I, une acidémie L2-hydroxyglutarique sont également à rechercher en présence d’hypersignaux de la substance blanche ou d’atrophie corticale en IRM.

Certaines mucopolysaccharidoses comme la maladie d’Hurler et de Hunter s’accompagnent d’une macrocrânie avec déformation crânienne de type dolichocéphalie.

(6) Les hydrocéphalies peuvent être d’étiologies très variables : post-hémorragies ou post-infectieuses, notamment chez le prématuré…, secondaire à une lésion cérébrale destructrice anté-natale de type porencéphalie…, malformative liée à une anomalie génétique ou non…, tumorales…, ou autres…

Selon l’étiologie identifiée, des troubles moteurs, des troubles neurodéveloppementaux et/ou une épilepsie peuvent être fréquemment associés.

(7) Le retard de résorption du liquide céphalorachidien (LCR) ou hydrocéphalie externe est évoqué devant une courbe du périmètre crânien initialement exponentielle, puis s’infléchissant progressivement pour se stabiliser au-delà du 97e percentile dans la deuxième année de vie. Il concerne 5 % des enfants avec macrocrânie, essentiellement le nourrisson de sexe masculin. Le développement psychomoteur des enfants est normal, ou rarement pénalisé par une hypotonie axiale alors transitoire. L’identification d’un épanchement péricérébral non traumatique, sous la forme d’une dilatation des espaces sous-arachnoïdiens, associé à un élargissement de la scissure interhémisphérique avec ventricules normaux ou peu dilatés, confirmera ce diagnostic. Des conseils éducatifs simples d’évitement de tout traumatisme, même mineur, devront être alors transmis à l’entourage familial.

(8) Les épanchements péricérébraux traumatiques sont essentiellement représentés par les hématomes sous-duraux (HSD), plus rarement les hématomes extra-duraux (HED). Les HSD sont parfois induits par à un traumatisme minime, pouvant compliquer une hydrocéphalie externe, mais peuvent aussi faire suite à un traumatisme crânien non repéré ou mentionné par l’entourage de l’enfant (syndrome des enfants secoués). Certaines manœuvres obstétricales, des méningites bactériennes ou des déshydratations sévères peuvent plus rarement se compliquer d’un HSD.

L’anamnèse, le mode de révélation, l’évaluation clinique et les explorations radiologiques à visées neurologiques, mais aussi osseuses, permettent d’orienter et de poser un diagnostic étiologique précis dans une très grande majorité des cas.

(9) Les processus expansifs intracrâniens s’accompagnent en général d’une symptomatologie d’hypertension intracrânienne, d’installation plus ou moins rapide, mais qui peut parfois rester très frustre en raison du caractère « distensible » des sutures et des fontanelles chez le nourrisson. Le modèle de macrocéphalie secondaire progressive du nourrisson liée à un processus tumoral reste celui du papillome des plexus choroïdes. Néanmoins, toute tumeur sus ou sous-tentorielle peut induire une hypertension intracrânienne avec installation progressive d’une macrocrânie.

Catégorie:

Malaise du nourrisson

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

P. Foucaud, A. Cailho

Service de Pédiatrie-Néonatologie, Centre Hospitalier de Versailles, 78157 Le Chesnay cedex, France
Correspondance - Adresse e-mail : pfoucaud@ch­versailles.fr
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre décisionnel – Commentaires

(1) Le malaise du nourrisson est un accident inopiné et brutal, responsable de modifications du tonus et/ou de la coloration des téguments avec ou sans apnée ou perte de connaissance. Il s’agit essentiellement d’enfants de moins de 6 mois, plus souvent durant l’hiver. Ce symptôme génère régulièrement une grande anxiété familiale avec impression de mort imminente. Sa gravité est appréciée par des critères objectifs lors du bilan initial : hypoxie, acidose, lyse cellulaire, ischémie myocardique, convulsions. Le malaise vient révéler des étiologies très diverses, le plus souvent bénignes. Trop longtemps, il a été ­assimilé à une forme avortée de mort subite. La chute de l’incidence annuelle de cette dernière, après qu’aient été identifiés les facteurs déclenchants au cours du sommeil, a fait évoluer la prise en charge du malaise comme une entité à part entière. La première étape doit être d’authentifier l’accident, de faire la part entre physiologie et pathologie. Certains « pseudo-malaises » viennent révéler des anxiétés infondées, voire des dépressions masquées du post-partum.

(2) La prise en charge du malaise ne s’appuie pas sur des recommandations récentes, alors qu’il constitue l’une des urgences pédiatriques type. Un prélèvement sanguin (NFS, ionogramme sanguin, CRP, glycémie, calcémie, transaminases), un électrocardiogramme (ECG), une radiographie du thorax suffisent le plus souvent. Lorsqu’une origine neurologique est évoquée, le bilan est complété par électroencéphalogramme, fond d’œil et scanner cérébral.

(3) Une infection avec composante encéphalitique peut entraî­ner apnées centrales ou mixtes. Signes respiratoires, fièvre appa­raissent dans un second temps. Coqueluche, adénoviroses, bronchiolite, grippe peuvent se révéler sur ce mode.

(4) Les hémorragies intra et/ou péri-cérébrales sont beaucoup plus souvent traumatiques que secondaires à un trouble de l’hémo­stase. Il peut s’agir de sévices ou d’accident. L’héma­tome sous-dural sans fracture désigne le « bébé secoué ». Lorsque les mauvais traitements sont avérés ou hautement probables (2 à 4 % des cas selon les séries), un signalement judiciaire s’impose, assorti d’un bilan lésionnel (scintigraphie osseuse et radiographies du squelette) et d’une évaluation psychosociale.

(5) La systématisation de la radiographie thoracique, de l’ECG et du bilan sanguin de débrouillage permet de ne pas méconnaître les étiologies rares des malaises. Certaines peuvent être sévères et exposées aux récidives: tachycardie supraventriculaire, QT long, cardiomyopathie obstructive, obstacle sur la voie aortique ou pulmonaire, tétralogie de Fallot ; hypocalcémie, hypoglycémie (anomalie de la β oxydation des acides gras) ; ­asphyxie par enfouissement facial sur proclive ventral, trachéomalacie par compression (anomalie des arcs vasculaires) ; ­Münchhausen par procuration.

Lien d'intérêts

Aucun

Marche sur la pointe des pieds

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

A. Roubertie1, 2, M. Mercier1, V. Humbertclaude2, 3

1CHU Montpellier, Hôpital Gui de Chauliac, Service de Neuropédiatrie, 80 Avenue Fliche, 34295 Montpellier, France
2INSERM U827, Institut Universitaire de Recherche Clinique, 641 Avenue du Doyen Giraud, 34093 Montpellier cedex 5, France
3CHU de Montpellier, Département de Génétique Moléculaire, 641 Avenue du Doyen Giraud, 34093 Montpellier cedex 5, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : a­roubertie@chu­montpellier.fr

 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre diagnostique – Commentaires

La marche digitigrade, ou toe-walking des Anglo-Saxons, représente un trouble de la marche très fréquent en pédiatrie. Du point de vue biomécanique, elle est définie par l’absence de premier pivot, qui correspond à une attaque du sol par la pointe du pied et non par le talon.

Âge de début

La marche digitigrade peut être considérée comme physiologique jusqu’à l’âge de 3 ans (Sutherland). L’âge d’apparition est parfois difficile à faire préciser. L’organigramme décisionnel proposé concerne les patients présentant une marche digitigrade notée d’emblée ou apparaissant dans les 3-6 mois suivant l’acquisition de la marche. Un délai supérieur d’apparition ­exclut les diagnostics de marche digitigrade idiopathique, et de triceps courts et une cause neurologique centrale ou périphérique devra être assidûment recherchée (autres items de l’orga­nigramme).

(1) Examen clinique : l’analyse sémiologique minutieuse fondée sur l’observation de la marche, l’examen du pied et des membres inférieurs (malformation, pied creux, amyotrophie, limitation de la dorsiflexion passive ou active, réflexes ostéo-tendineux, réflexes idiomusculaires, signes pyramidaux, force musculaire segmentaire), l’examen neurologique global recherchant des signes d’atteinte médullaire (troubles sphinctériens) ou cérébrale (déficience mentale, épilepsie), l’interrogatoire sur les antécédents personnels et familiaux guideront la stratégie diagnostique (Taussig, Armand).

(2) Caractère permanent ou intermittent de la marche digitigrade, limitation ou non de la dorsiflexion active et passive du pied: ces paramètres sont essentiels pour évaluer la sévérité de la marche digitigrade et son retentissement fonctionnel. Ils ne nous paraissent cependant pas faire partie des critères cardinaux permettant d’orienter la recherche d’une étiologie. Au début de l’évolution d’une neuropathie ou d’une maladie musculaire, la marche digitigrade peut être intermittente et sans limitation de la dorsiflexion. Par contre, ces paramètres sont fondamentaux pour le suivi évolutif des patients, leur modification orientant la stratégie diagnostique. Ainsi, une marche digitigrade intermittente devenant permanente ou l’apparition d’une limitation à la dorsiflexion conduiront à rechercher une pathologie neuromusculaire. Au contraire, le caractère intermittent de la marche digitigrade (les enfants marchent sur les pointes et ont tendance à courir « tout le temps », mais peuvent avoir une marche plantigrade à la demande et avec effort) et l’amélioration progressive en quelques mois constituent des critères essentiels pour le diagnostic de marche digitigrade idiopathique.

(3) Malformations: Certaines anomalies orthopédiques (dont le diagnostic est le plus souvent posé dès la naissance) sont généralement associées à une marche digitigrade ; il faut néanmoins rappeler qu’elles peuvent être secondaires à des pathologies neurologiques (pieds bots neurologiques).

(4) Marche digitigrade d’origine centrale: c’est la forme la plus fréquente, l’infirmité motrice cérébrale en étant la principale cause, les signes pyramidaux parfois très modérés n’étant identifiés que lors de l’enquête réalisée pour le trouble de la marche.

(5) Marche digitigrade dystonique: une posture anormale des pieds est généralement associée, notée parfois avant l’acquisition de la marche. La forme transitoire est probablement rare (Newman), il est donc indispensable de rechercher une cause centrale à ce trouble de la marche dystonique (dystonie secondaire, dystonie primaire débutante).

(6) Marche digitigrade idiopathique, triceps courts: ces diagnostics sont des diagnostics d’élimination, qui ne peuvent être retenus qu’après avoir confirmé la normalité de l’examen neurologique du patient (hormis la limitation de la dorsiflexion dans le cas de triceps courts) et en l’absence d’élément d’orientation à l’interrogatoire (prématurité…). Le plus souvent, la marche digitigrade est présente d’emblée. Une surveillance de quelques mois peut être envisagée, qui permettra d’observer une amélioration en cas de marche digitigrade idiopathique, ou la stabilité de l’examen en cas de triceps courts ; dans les autres situations, des investigations complémentaires seront réalisées à la recherche d’une pathologie neurologique (imagerie cérébrale, CPK, EMG avec étude des vitesses de conduction)
(Taussig, Armand).

Lien d'intérêts

Non transmis

Morphine aux urgences

 

N. de Suremain*, P. Gatterre, R. Carbajal

Service des urgences pédiatriques, Hôpital Armand-Trousseau, APHP, 26, avenue du Docteur-Arnold-Netter, 75012 Paris, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : nathalie.desuremain@aphp.fr (N. de Suremain).
 
 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre décisionnel – Commentaires

Les règles de prescription des morphiniques doivent toujours être respectées. Utiliser les feuilles de prescription et de surveillance spécifiques (exemple sur www.pediadol.org).

Prescription écrite avec identification et signature du médecin ; Date et heure ; Nom et poids de l’enfant ; posologie et durée en toutes lettres ; consignes de surveillance et de prise en charge en cas de surdosage.

(1) Évaluation rapide de la douleur dès l’arrivée aux urgences en utilisant une échelle adaptée à la situation et à l’âge de l’enfant : EVA verticale (/10) à partir de 6 ans ; échelle des visages (/10) à partir de 4 ans ; EVENDOL (/15) de 0 à 7 ans ; échelle numérique (/10) à partir de 8 ans ; FLACC (/10) chez l’enfant handicapé ou avec difficultés de communication.

(2) Installation confortable de l’enfant, administration du mélange équimolaire oxygène-protoxyde d’azote (MEOPA), utilisation des méthodes de distraction, présence réconfortante des parents. Savoir si l’enfant a reçu un antalgique au préalable. Sinon, donner un antalgique de palier 1 : paracétamol 15 mg/kg et/ou ibuprofène 10 mg/kg en l’absence de contre-indication des anti-inflammatoires non stéroïdien (AINS) (âge < 3 mois, varicelle, infection sévère, risque hémorragique, déshydratation) ; +/- associé à un palier 2 : tramadol 1-2 mg/kg (autorisation de mise sur le marché [AMM] à 3 ans).

(3) L’intensité de la douleur guide la prescription. Même s’il n’existe pas de seuil parfaitement défini, la douleur intense peut être qualifiée par EVA ≥ 6 ou EVENDOL ≥ 10.

(4) Pathologies oto-rhino-laryngologie (ORL) responsables d’une douleur aiguë intense : otite hyperalgique, gingivo-stomatite vésiculeuse aiguë, torticolis fébrile, post-amygdalectomie.

(5) Morphine à libération immédiate orale (LI po) dose de 0,2 mg/kg (sans dépasser 10 mg) puis si nécessaire titration avec des doses de 0,1 mg/kg toutes les 30 minutes jusqu’au soulagement (sans dépasser 3 doses). L’efficacité de la forme LI débute en 30 minutes et dure environ 4 heures. Des doses de 0,1 mg/kg/prise sont recommandées chez les moins de 1 an.

(6) En fonction des situations adapter les moyens analgésiques complémentaires : refroidir la brûlure et couvrir d’un pansement ; immobilisation avec attelle adaptée en cas de traumatologie (bloc ilio-fascial dans la fracture du fémur) ; vessie de glace sur l’abdomen chirurgical ; réhydratation chez l’enfant drépanocytaire en crise vaso-occlusive avec réchauffement par bouillotte ; connaître et adapter le traitement de fond dans les pathologies douloureuses chroniques (soins de bouche des mucites, douleur neuropathique, anxiolytique).

(7) Titration : Le choix entre la forme orale et IV dépend des habitudes de service, de la disponibilité des médicaments et du personnel, de l’orientation de l’enfant au décours, des antécédents personnels et de l’intensité de la douleur. L’efficacité de la forme LI débute en 30 minutes ; celle de la voie IV en 5 à 10 minutes. La titration se fait sous surveillance infirmière étroite.

Morphine à libération immédiate orale (LI po) dose de charge 0,4-0,5 mg/kg (sans dépasser 20 mg) puis titration avec des doses de 0,2 mg/kg toutes les 30 minutes jusqu’au soulagement (sans dépasser 3  doses).

Morphine intraveineuse (IV) dose de charge 0,1 mg/kg en 3-5 minutes (sans dépasser 3 mg) puis titration avec bolus de 0,02 mg/kg toutes les 5-10 minutes jusqu’au soulagement (max 4 bolus).

(8) Réévaluation de la douleur et dépistage des effets secondaires (échelle de sédation, fréquence respiratoire et saturation) toutes les 30 minutes pendant 1 heure puis toutes les heures pendant 2 heures.

(9) Morphine LI po 0,2-0,3 mg/kg toutes les 4-6 heures. Adapter la dose à l’évaluation régulière de la douleur et au score de sédation.

Pour le retour au domicile prescription sur une ordonnance sécurisée, par un médecin senior (avec numéro RPPS [répertoire partagé des professionnels de santé]), expliquer aux parents la prescription à poursuivre pour une durée courte (3 à 5 jours), remettre une feuille de conseil en donnant des consignes claires et écrites de recours en cas de surdosage (exemple sur www.urgencestrousseau.fr).

(10) Morphine IV continue posologie moyenne de 1 mg/kg/j en PCA (Patient Controlled Analgesia) ou NCA (Nursing Controlled Analgesia). Utiliser les feuilles de prescription (contresignées par un senior) et de surveillance PCA (exemple sur www.pediadol.org). En pratique, montage avec valve antireflux obligatoire, débit continu de 0,02-0,04 mg/kg/h avec des bolus de 0,02–0,04 mg/kg et une période réfractaire de 6 minutes. En l’absence de débit continu, utiliser des bolus d’au moins 0,04 mg/kg. Puis dès que possible passage de la voie IV à la voie orale, en multipliant par 3-4 la quantité donnée par voie IV.

Surveillance infirmière toutes les 30 minutes pendant 1 heure à chaque changement de posologie ou de seringue puis toutes les heures pendant 2 heures. Adapter la posologie de la PCA au score de sédation pour l’obtention d’une analgésie efficace. Dépister et traiter en urgence un surdosage morphinique (ampoule de naloxone et médecin disponibles) à partir de consignes écrites : stimuler, oxygéner et naloxone 2-4 μg/kg IVL (intraveineuse lente) à renouveler jusqu’au réveil et respiration normale. Anticiper et traiter les effets indésirables de la morphine (prurit, nausées, constipation, rétention d’urine) par laxatif, antiémétique, voire naloxone en continu à faible dose : 0,2-0,4 μg/kg/h, sans arrêter la morphine.

(11) (12) Identifier les soins douloureux potentiels (réduction de fractures, ponction lombaire, myélogramme) et prévenir les douleurs provoquées en associant les analgésiques (crème anesthésiante, MEOPA, solutions sucrées, allaitement maternel) en complément des méthodes de distraction et d’hypnose.

Formes galéniques de la morphine à libération immédiate (attention de ne pas confondre) Oramorph® unidoses (10 mg/5 ml) et solution (20 mg/ml) compte-gouttes (1 goutte = 1,25 mg) ; Actiskenan® gélules ouvrables à 5, 10, 20 mg ; Sevredol® comprimés sécables à 10, 20 mg.

Liens d’intérêts

Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêts en relation avec cet article.

Catégorie: ,

Paralysie faciale chez l'enfant

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

S. Ayari Khalfallah, P. Froehlich

Département d’oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale, hôpital Édouard-Herriot, 3 place d’Arsonval, 69003 Lyon, France
Correspondance - Adresse e-mail : sonia.khalfallah@chu-lyon.fr (S. A. Khalfallah).
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre décisionnel – Commentaires

1. Paralysie faciale de l’enfant

1.1 Paralysie faciale associée à un contexte infectieux

(1.1.1) Infection otologique

Lors d’une otite moyenne aiguë +++ : nécessité de réaliser une paracentèse pour examen bactériologique et mise en place d’un aérateur transtympanique. Une antibiothérapie est débutée et sera modifiée en fonction des résultats du prélèvement. Un scanner du rocher est demandé à la recherche d’anomalies sur le trajet du nerf facial.

Lors d’une poussée de réchauffement d’une otite chronique cholestéatomateuse ou non : nécessité d’un prélèvement auriculaire à visée bactériologique pour guider l’antibiothérapie. Le traitement chirurgical peut se discuter en fonction des données du scanner.

(1.1.2) Infections générales

  • Zona : la paralysie faciale est associée à une éruption vésiculeuse dans la conque et le conduit auditif externe. Il faut confirmer le diagnostic par les sérologies virales. Le traitement repose sur le traitement antiviral ;

  • maladie de lyme : il faut rechercher la notion de piqûre de tique et la notion d’érythème migrant dans les 3 à 6 mois qui précèdent associés à des myalgies, arthralgies et névralgies. Le diagnostic repose sur la sérologie de lyme. Le traitement repose sur l’antibiothérapie (classiquement la pénicilline G) ;

  • méningite mais où le syndrome méningé est au premier plan ;

  • autres / mononucléose infectieuse.

D’où la nécessité devant une paralysie faciale de réaliser un examen otoscopique minutieux qui sera complété ou non par un examen tomodensitométrique en fonction du contexte. Des sérologies seront demandées systématiquement : sérologie HZV, Lyme, EBV.

1.2 Paralysie faciale associée à un contexte traumatique

(1.2.1) Fracture du rocher

Le contexte est évocateur. L’examen clinique otoscopique retrouve un aspect d’hemotympan. Il faut demander un scanner des rochers pour rechercher le trait de fracture et préciser son siège par rapport au trajet du nerf facial et par rapport à l’oreille interne. Le traitement est essentiellement médical dans le cas de fractures ne passant pas par le trajet du nerf, chirurgical dans le cas contraire.

(1.2.1) Paralysie faciale iatrogène

Elle fait suite à une chirurgie de la fosse cérébrale postérieure, de l’oreille ou de la parotide.

(1.3) Paralysie faciale a frigore

Diagnostic d’élimination si le bilan étiologique reste négatif (examen clinique normal à part la paralysie faciale, sérologies négatives). Le pronostic spontané est en général favorable. On peut discuter une corticothérapie par voie générale en cure courte.

(1.4) Autres étiologies plus rares

  • Paralysie faciale tumorale

  • Installation progressive +++ : la paralysie faciale peut s’associer à d’autres atteintes nerveuses ou à l’apparition d’une tuméfaction parotidienne. Nécessité de compléter par un examen tomodensitométrique +/- IRM.

  • Syndrome de Melkerson-Rosenthal

  • Paralysie faciale récidivante associée à une langue fissurée et un œdème facial et labial récidivant.

2. Paralysie faciale néonatale

(2.1) Paralysie faciale non traumatique

2.1.1 Paralysie faciale congénitale isolée

Le reste de l’examen clinique ne retrouve pas de malformations associées. Nécessité de compléter par un bilan d’audition et un scanner des rochers.

Paralysie faciale congénitale associée à un syndrome malformatif

Un scanner des rochers sera demandé dans tous les cas, sans urgence, à la recherche d’anomalie au niveau du nerf et analysera dans le même temps l’état de l’oreille interne et moyenne.

2.1.1.1 Syndrome de Moebius

Réalisant une diplégie faciale, l’atteinte de la 6e paire crânienne est fréquente. Des atteintes oculaires et des malformations des extrémités sont à rechercher. Une IRM cérébrale est demandée à la recherche d’anomalies cérébrales. Une étude chromosomique sera demandée.

2.1.1.2 Syndrome oto-mandibulaire

Le syndrome oto-mandibulaire associe à la paralysie faciale, une microtie, une hypoplasie de l’étage moyen de la face et de la mandibule. Il s’agit d’anomalies de développement des 1er et 2e arcs branchiaux pendant la vie embryonnaire. Il est nécessaire de demander un bilan d’audition pour s’assurer de la normalité de l’oreille controlatérale. Un bilan ophtalmologique et des examens radiologiques du rachis seront réalisés à la recherche d’anomalies pouvant rentrer dans le cadre d’un syndrome de Goldenhar.

2.1.1.3 Aplasie d’oreille

Elle peut parfois s’accompagner d’une paralysie faciale.

2.1.2 Paralysie faciale congénitale de la lèvre inférieure

Probable agénésie du muscle triangulaire de la lèvre inférieure entraînant un défaut d’abaissement de la commissure labiale lors des pleurs. Nécessité d’un bilan cardiaque à la recherche d’anomalies associées.

(2.2) Paralysie faciale traumatique

Elle est due à une compression du nerf en intrautérin au niveau du sacrum ou lors de l’accouchement (forceps). On retrouve une notion de travail ou d’accouchement difficile. L’examen clinique recherchera une ecchymose mastoïdienne, un hemotympan ou une attitude en torticolis. L’évolution est en général favorable. En cas d’absence d’amélioration au bout de 4 à 8 semaines, un examen électrique du nerf ainsi qu’un scanner du rocher seront demandés avant de discuter d’un éventuel traitement chirurgical.

Catégorie: ,

Petit périmètre crânien

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

 C. Karsenty*, E. Cheuret, C. Tison, C. Cances, Y. Chaix

Service de Neuropédiatrie, Hôpital des Enfants, 330 Avenue de Grande Bretagne TSA 70034, 31059 Toulouse cedex, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : karsenty.c@chu-toulouse.fr (C. Karsenty).
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre diagnostique – Commentaires

La microcéphalie est définie par un périmètre crânien inférieur à -3DS. Il existe des retards mentaux dés -2DS.

La cinétique de la courbe de PC va orienter la démarche diagnostique. Après avoir éliminé une craniosténose par la radio du crâne, l’analyse clinique doit être rigoureuse (antécédents familiaux, ante et néonataux, recherche de signes neurologiques, évaluation du niveau de développement, anomalies morphologiques associées).

(1) L’IRM cérébrale va permettre de séparer les microcéphalies liés à une destruction cérébrale (encéphaloclastiques), de celles liées à une anomalie de prolifération neuronale (développementales)

(2) Les pathologies anoxiques peuvent être anténatales (AVC anténataux) ou néonatales (encéphalopathies anoxo-ischémique, AVC néonataux).

(3) Les embryofœtopathies d’origine infectieuse donnent des anomalies neuroradiologiques à type de calcifications périventriculaires, anomalies de la gyration : rubéole, CMV, HSV, Syphilis.

(4) Le toxique le plus fréquemment en cause est l’alcool avec un tableau clinique bien défini associant une dysmorphie faciale caractéristique, un RCIU, un retard mental, des troubles du comportement et des malformations viscérales et squelettiques.

De nombreux toxiques sont identifiés comme pourvoyeurs de microcéphalie : antiépileptiques, AVK, mercure, radiations, CO…

Maladies maternelles avec répercutions sur le fœtus : phénylcétonurie, diabète, hypothyroïdie…

(5) La recherche d’antécédents familiaux est nécessaire chez les enfants présentant une microcéphalie primitive. Leur présence signe l’origine génétique.

(6) Les microcéphalies isolées (Microcéphalies Primaires Héréditaires, MCPH) sont aussi appelées microcephalia vera. L’architecture cérébrale est conservée et la giration est normale (IRM normale). Le retard mental est léger à modéré. Hérédité autosomique récessive (MCPH1 à 6) : gènes impliqués dans le cycle cellulaire des progéniteurs cérébraux.

(7) De nombreux syndromes génétiques s’accompagnent d’une microcéphalie : Cornelia de Lange, Seckel, Smith Lemli Opitz, Trisomie 13, Trisomie 18, Trisomie 4p, Williams et Beuren, 4p-, 5p-, 13q-, 18p-, 18q-, Beckwith-Wiedman, Coffin-Lowry, Prader-Willy, Fanconi, Incontinentia Pigmenti, XXXY, XXXXY

(8) Les maladies métaboliques qui comprennent une microcéphalie évolutive : céroides lipofuscinose forme infantile précoce, déficit en pyruvate déshydrogènase, Syndrome de Cockayne, CDG Syndrome.

(9) Le bilan d’une microcéphalie évolutive comprendra systématiquement une IRM. Le bilan métabolique ne sera pas réalisé s’il existe des circonstances cliniques traumatiques avec des lésions anoxo-ischémiques secondaires : traumatismes crâniens sévères, syndrome de l’enfant secoué.

(10) La présence d’une cassure de la courbe de PC chez une fille dans la première année de vie, avec régression des acquisitions, perte de l’utilisation des mains, apraxie de la marche, doit faire rechercher une mutation sur le gène MECP2 pour confirmation du diagnostic de Syndrome de Rett.

(11) Le tableau clinique de la craniosténose comprend rarement une microcéphalie mais plus souvent une déformation crânienne. Il s’agit des oxycéphalies : les deux coronales et la sagittale sont invisibles sur la radiographie du crâne.

Première crise d'épilepsie sans fièvre

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

M. Milh, N. Villeneuve, B. Chabrol

CINAPSE, Service de neuropédiatrie, hôpital Timone – Enfants, 264, rue Saint-Pierre, 13385 Marseille cedex 05, France
Correspondance - Adresse e-mail : mathieu.milh@ap-hm.fr
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre diagnostique – Commentaires

L’incidence d’un premier épisode critique est de 93 à 116 pour 100 000 habitants. Ce chiffre comprend les cas d’épilepsie ­débutante (50 %) et les cas de crise occasionnelle, épisode unique, en rapport ou non avec une affection aiguë du système nerveux central (SNC).

La prise en charge initiale est guidée par la recherche d’une cause occasionnelle urgente. Une fois l’urgence éliminée et en dehors d’une crise de plus de 15 minutes, la prise en charge est moins urgente.

(1) L’interrogatoire est un élément primordial de la démarche diagnostique devant une première crise

Rechercher un traumatisme crânien, des facteurs de risque thrombo-emboliques (cardiopathie emboligène), d’hypoglycémie, d’hypocalcémie, tout autre antécédent médical et chirurgical, en particulier neurochirurgical. Il faut également rechercher un changement de comportement récent, des signes d’installation d’une hypertension intracrânienne (tumeur cérébrale). Une altération progressive de l’état général ou l’apparition de signes généraux doit faire rechercher une maladie de système (vascularite, atteinte immunologique ou inflammatoire du SNC).

Un développement psychomoteur anormal doit faire évoquer une encéphalopathie sous jacente.

(2) Dans quelle situation a eu lieu la crise ?

Que faisait l’enfant juste avant ? Sommeil/réveil/veille, activité particulière, contexte émotionnel…

Quel est le premier signe que l’enfant ou l’entourage considère comme anormal ? Sensation initiale de l’enfant, hallucination visuelle ou auditive, impression d’étrangeté, angoisse. Rechercher une rupture de contact, une déviation des yeux, un arrêt de langage ou au contraire une production de langage ou de son, des gestes particuliers, une chute rapide ou lente…

Quelle est l’histoire détaillée de la crise ? Quels sont les éléments déficitaires post-critiques ? D’autres signes orientent plus spécifiquement vers les réseaux neuronaux impliqués : aphasie post-critique évoquant une implication de l’hémisphère dominant, déficit moteur une implication centrale controlatérale, amnésie prolongée une implication bitemporale…

Une crise de plus de 30 minutes, phase post-critique non ­comprise doit faire porter le diagnostic d’état de mal épileptique avec un bilan spécifique.

A posteriori, y a-t-il eu d’autres épisodes identiques ou ressemblants ?

Dans la moitié des cas, le diagnostic d’épilepsie partielle se fait au cours d’une première généralisation, qui peut avoir lieu plusieurs mois, voire années après le début de l’épilepsie.

(3) Biologie-hématologie

La recherche d’anomalies métaboliques est peu rentable devant une première crise après l’âge de six mois. En pratique, il peut être utile de vérifier que l’ionogramme sanguin (natrémie, calcémie) et la glycémie sont normaux avant l’âge d’un an. Il n’y a pas d’indication de bilan sanguin systématique après un an, sauf en cas d’histoire clinique évocatrice ou de troubles persistants de la conscience

(4) Électro-encéphalogramme

Il est recommandé de réaliser un EEG sans urgence mais le plus tôt possible, compte tenu des possibilités, dans des conditions d’enregistrement correctes. L’EEG doit systématiquement ­comprendre du sommeil avant trois ans et, si possible, quel que soit l’âge chez l’enfant (choisir des horaires de sieste, chez les grands, faire l’EEG après privation de sommeil).

Un EEG normal n’élimine pas le diagnostic d’épilepsie, il peut être utile de le répéter à distance (15 jours). Un EEG anormal doit aboutir à un diagnostic de la cause occasionnelle ou du type d’épilepsie débutante. Dans le cas contraire, un avis spécialisé doit être demandé.

(5) Les crises chez l’enfant sont très rarement révélatrices de tumeurs à haut potentiel de croissance, même lorsqu’elles sont partielles. Une imagerie cérébrale n’est indiquée en urgence que si l’interrogatoire retrouve des éléments pouvant faire évoquer un caractère symptomatique aigu de la crise ou si l’examen neurologique est anormal (troubles de la conscience persistants ou déficit focal). Le scanner recherchera des complications de traumatisme crânien, une hémorragie cérébrale, un œdème ­cérébral, un accident ischémique ou une lésion parenchymateuse avec syndrome de masse.

Compte tenu de la difficulté de l’examen neurologique avant un an et de la fréquence des causes traumatiques des crises d’épilepsie (hématome sous-dural), les indications d’imagerie en urgence seront plus larges chez le nourrisson de moins d’un an.

Il n’y a pas d’indication à réaliser une IRM en urgence.

En l’absence de fièvre, l’examen du LCR n’est pas utile en ­urgence

En cas de première crise non occasionnelle, le traitement n’est jamais urgent, et n’est pas à débuter avant l’EEG (crises de moins de 15 mn).

Catégorie:

Retard de l'acquisition de la marche

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

J. Langue

Médicentre du Val d’Ouest, 39 chemin de la Vernique, 69130 Écully, France
Correspondance - Adresse e-mail : langue.jacques@free.fr
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre décisionnel – Commentaires

(1) La démarche proposée ici s’adresse au pédiatre généraliste dans deux circonstances : le suivi systématique d’un enfant n’ayant pas acquis la marche à 18 mois et l’examen d’un enfant vu pour la première fois en raison d’une absence de marche au même âge. Elle écarte les retards de marche dans le cadre d’une pathologie connue et la perte de la marche dans le cadre d’une affection dégénérative ou celui d’une affection aiguë.

(2) L’âge à partir duquel on parle de retard de marche est discutable : l’âge de 18 mois représente un premier repère à partir duquel l’examinateur doit être attentif et l’âge de 24 mois, le seuil à partir duquel l’absence de marche peut être considérée comme un retard. La notion de seuil unique, à 18 ou 24 mois, expose à d’inutiles inquiétudes à partir de 18 mois ou à de fausses réassurances à partir de 24 mois.

(3) La période de marche avec aide permet d’approcher les ­mécanismes d’éventuelles difficultés, mécanismes fonctionnels par hypotonie, déficit musculaire, spasticité ou ataxie, et psychomoteurs, par apraxie ou défense d’origine anxieuse.

(4) La conduite de l’anamnèse, celle de l’examen neuromoteur et de l’examen psychomoteur ont été initialement rapportées par Touwen et Pretchl en 1970. Elles ont été développées par l’Échelle de développement fonctionnel posturomoteur et locomoteur de L. Vaivre-Douret, et ont été récemment simplifiées et reprises dans le cadre d’examens « protocolisés », par l’AFPA. Quelques points importants pour l’anamnèse : les antécédents familiaux, l’âge de la marche du père, de la mère, la grossesse, le poids de naissance et le terme, l’âge de la tenue de tête et de la station assise libérée, le mode de déplacement (aucun, shuffling, ramper, 4 pattes, petit lapin…). Pour l’examen neuromoteur : motricité spontanée, stimulée, réflexes, tonus passif (angle poplité, dorsiflexion du pied), oculomotricité, préhension. Pour le psychomoteur : poids, taille, PC, contact, babil, coordination oculomotrice.

(5) La notion de retard global renvoie à celle de retard psychomoteur recouvrant deux entités différentes, d’une part, un ­retard en lien avec un déficit intellectuel, d’autre part, un retard en lien avec un trouble du développement de la personnalité. Utiliser une échelle de développement différenciant ­motricité/cognitif/social. La paralysie cérébrale associe retard à la station assise, anomalie du tonus passif, diminution de la motricité globale. Le polyhandicap associe à ces troubles des anomalies cognitives sévères (ex. : l’IMOC, qui désigne une ­paralysie cérébrale avec atteinte cognitive, terme actuellement préféré à celui d’IMC ou infirmité motrice cérébrale). Les défi­cits neuromusculaires dits « périphériques » désignent d’une part, les myopathies (dystrophies musculaires et myopathies congénitales), d’autre part, les pathologies neuro-axonales avec atteinte du deuxième neurone moteur. L’éveil est le plus souvent normal, le retard moteur est global, les ROT peuvent être normaux ou abolis (motoneurone), il existe une hypotonie globale, fréquemment une hyperlaxité et parfois une atteinte faciale (troubles de déglutition). Le terme de retard global ­indique un retard des acquisitions motrices et cognitives sans anomalie de l’examen neuromoteur, et qui persiste à l’échéance de plusieurs mois. Le terme de retard simple est parfois utilisé de façon abusive : il s’applique à la période d’attente entre 18 à 24 mois, en l’absence de signes neurologiques de localisation : décalage des acquisitions motrices sans anomalie cognitive ou sociale, amélioration rapide à deux examens successifs.

(6) Le premier avis complémentaire est, dans tous les cas, ­pédiatrique (surveillance avec échelle de développement). ­Doser les CPK en cas de doute sur le muscle, demander une stimulation neuromotrice par un kinésithérapeute en cas de doute sur un retard simple ou une paralysie cérébrale modérée. Faire une échographie transfontanellaire si possible, une IRM en cas de PC très petit ou très grand… L’avis d’un neuropédiatre est ensuite utile. Les avis psychiatriques, en orthopédie et en rééducation fonctionnelle, sont soumis à ce premier avis, même s’ils peuvent devenir prépondérants par la suite.

(7) La prise en charge passe par une guidance pédiatrique en termes de prévention et de stimulation, en s’assurant par exemple que l’apprentissage de la marche ne vienne pas précéder celui des déplacements en position basse ou que des stimulations instrumentales ne viennent pas remplacer celles de l’entourage. Les prises en charge en psychomotricité ou en kinésithérapie sont interchangeables à cet âge, la qualité essentielle du rééducateur en motricité étant d’entrer en contact et d’obtenir la participation du nourrisson.

Lien d'intérêts

Aucun

Syncopes de l'enfant

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

A. Chantepie

Service de Pédiatrie A, Pôle de Médecine Pédiatrique, Université F. Rabelais, Hôpital Clocheville, 49 boulevard Béranger, 37044 Tours cedex
Correspondance - Adresse e-mail : chantepie@med.univ-tours.fr (A. Chantepie)
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

 

Arbre décisionnel - Commentaires

(1) Les prodromes habituels sont : nausées, céphalées, vision trouble (« voile noir », « brouillard »), sensation vertigineuse, jambes « de coton », sensation de chaleur.

(2) Contexte de cardiopathie : antécédents familiaux (mort subite inexpliquée, maladie myocardique ou rythmique héréditaire, malaise ou syncope), antécédents personnels (cardiopathie connue, maladie métabolique, pace-maker, maladie inflammatoire), signes fonctionnels cardiaques (palpitations, douleurs thoraciques de type « coronaires », dyspnée).

(3) Contexte vaso-vagal : circonstance particulière (position debout prolongée, tête en hyper-extension, passage rapide du décubitus à l’orthostatisme, arrêt brusque d’un effort physique intense, ambiance surchauffée), facteur déclenchant (foule, émotion forte, vue du sang, douleur aiguë), période de la vie (pré-adolescence et adolescence), antécédents familiaux identiques ; description de la syncope : perte de connaissance de brève durée avec pâleur, hypotonie et immobilité suivie d’une phase de récupération lente avec asthénie et somnolence.

(4) Examen clinique normal : absence de symptômes fonctionnels cardiaques (douleurs thoraciques, palpitations, dyspnée) ; examen cardiovasculaire normal : absence de souffle cardiaque et d’anomalie des bruits du cœur.

(5) Bilan cardiologique : il comporte un ECG (électrocardiogramme) et une échocardiographie, puis, en fonction de l’orientation étiologique, d’autres examens : test d’effort pour démasquer une arythmie ventriculaire ou une ischémie myocardique, holter de 24 heures pour détecter des troubles du rythme ou de la conduction, une imagerie des artères coronaires par coroscan ou IRM dans l’hypothèse d’un trajet anormal, une imagerie du myocarde par IRM pour identifier une myocardite, une myocardiopathie (myocarde spongieux) ou une dysplasie arythmogène du ventricule droit.

(6) ECG anormal : un allongement de l’espace QT
(QTc > 0,44) oriente vers un syndrome de QT long (risque de torsades de pointe et de fibrillation ventriculaire) ; une onde de pré-excitation « delta » indique un syndrome de WPW (risque de transmission directe aux ventricules par une voie accessoire trop perméable d’une fibrillation auriculaire rapide) ; un sus-décalage de ST en V1 et V2 évoque un syndrome de Brugada (risque de fibrillation ventriculaire) ; un bloc de branche droit avec onde epsilon et ondes T négatives en V1 et V2 oriente vers une DAVD (risque de troubles du rythme ventriculaire) ; des anomalies de repolarisation de type ischémique doivent faire rechercher une anomalie d’origine ou de trajet d’une artère coronaire.

Tics de l’enfant

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

A. Roubertie1,2, M. Carneiro1, M. Thibault1

1Service de Neuropédiatrie, CHU Gui-de-Chauliac, 80 avenue Augustin- Fliche, 34295 Montpellier, France
2Institut des Neurosciences de Montpellier, INSERM U 1051, 80 avenue Augustin- Fliche, 34295 Montpellier, France
Auteur correspondant - Adresse e-mail : a-roubertie@chu-montpellier.fr (A. Roubertie)
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre décisionnel - Commentaires

(1) Les tics sont des manifestations motrices intempestives brusques et rapides résultant de la contraction involontaire d’un ou plusieurs groupes musculaires. Ils sont involontaires, stéréotypés, récurrents, imprévisibles, non rythmiques, temporairement contrôlés par la volonté, exacerbés par le stress, la colère. Ils peuvent être atténués par la distraction ou la concentration, parfois précédés par une sensation prémonitoire ou un « besoin ».

Les tics sont classés en moteurs ou vocaux, simples ou complexes [1]. Les tics simples se manifestent par des mouvements ou des sons soudains, brefs, répétitifs (clignements des yeux, raclements de gorge). Les tics moteurs complexes réalisent des mouvements coordonnés, en séquence, ressemblant à des séquences motrices normales mais inappropriées par leur caractère intense et répétitif : secousse répétitive de la tête, balancement du tronc, toucher ou taper, sauter, répéter le gestuel d’autrui (échopraxie), faire des gestes obscènes (copropraxie). Les tics vocaux complexes se caractérisent par des productions sonores élaborées, mais placées dans un contexte inadapté : répétition de syllabes, atypies de langage, blocage, répétition de ses propres mots (palilalie), répétition de mots entendus (écholalie), prononciation de mots obscènes (coprolalie).

Les tics concernent 3 à 15 % de la population pédiatrique, avec une nette prédominance masculine et une histoire familiale souvent informative [2,3]. Les tics apparaissent généralement entre 4 et 8 ans ; ils sont fluctuants ou polymorphes, et évoluent favorablement en quelques semaines (tics transitoires) ou années (tics chroniques) chez la plupart des patients (Tableau 1) [1].

(2) La fréquence du syndrome de Gilles de la Tourette est bien inférieure à celle des tics communs, et concernerait 0,5 à 3 % des enfants, selon les séries. Le syndrome de Gilles de la Tourette répond à des critères de définition stricts (Tableau I) et se caractérise par une variabilité des tics concernant leur topographie, leur fréquence, leur nombre, leur complexité et leur sévérité [1]. Des troubles neuropsychologiques sont très souvent associés : troubles de l’attention chez 60 à 80 % des patients atteints d’un syndrome de Gilles de la Tourette, troubles obsessionnels compulsifs (TOCS) chez 60 % des patients, anxiété, troubles des conduites, cette comorbidité étant souvent tout aussi sévère ou invalidante que les tics [2,3].

 

Tableau I. Critères de diagnostic des maladies des tics, définis par le DSM IV

 

Tics transitoires

Tics chroniques

Maladie de Gilles de la Tourette (GDT)

1

Présence à un moment quelconque de l’évolution soit de tics moteurs soit de tics vocaux, uniques ou multiples mais pas les deux à la fois

 

Tics moteurs multiples et un ou plusieurs tics vocaux, à un moment quelconque de l’évolution de la maladie, pas nécessairement de façon simultanée.

2

Plusieurs accès au cours de la journée, presque tous les jours, pendant plus d’un mois mais moins de 12 mois consécutifs

Plusieurs accès de tics au cours de la journée, presque tous les jours ou de façon intermittente pendant plus d’une année sans intervalle libre de tics plus de 3 mois consécutifs

3

Symptômes entraînant une souffrance marquée ou une altération significative du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.

4

Début avant l’âge de 18 ans.

5

Absence d’autre cause identifiable : substance (par exemple des stimulants) ou affection médicale générale (chorée de Huntington ou encéphalite virale).

 

6

Ne répond pas aux critères de tics chroniques et de GDT

Ne répond pas aux critères de GDT

 

 

(3) L’histoire familiale de tics, l’aspect polymorphe et fluctuant des tics permettra le diagnostic différentiel avec des crises épileptiques, ou les myoclonies, éventuellement facilité par un monitoring vidéo- EEG (absences avec myoclonies palpébrales, crises épileptiques focales). Le diagnostic différentiel entre stéréotypies et tics moteurs n’est pas toujours aisé. (Tableau II).

 

Tableau II. Éléments permettant le diagnostic différentiel entre tics et stéréotypies.

 

Stéréotypies

Tics

Âge de début

Début plus précoce avant 2 ans

 

Début plus tardif après 4 ans

 

Modalités évolutives

Toujours identique

Fluctuants et polymorphes

 

Topographie

Plutôt distale

Plutôt proximale (chef, épaules)

 

(4) Plus rarement, les tics s’intègrent dans une pathologie neurologique plus complexe, ils sont dits « secondaires » (tics postinfectieux, tumeur cérébrale, maladie neurodégénérative), les atypies dans leur sémiologie (âge de début < 3 ans, caractère non fluctuant, non polymorphe, aggravation très rapide, autres troubles moteurs associés) conduira à réalisation d’examens complémentaires (IRM, sérologies, analyse du LCR).

(5) Le premier élément de la prise en charge d’un enfant présentant des tics consistera à rassurer le patient et sa famille, et à informer : les mouvements sont involontaires, il ne faut pas punir l’enfant ni le pénaliser du fait des tics ; il peut être proposé aux parents de transmettre cette information auprès de l’entourage scolaire. Un soutien psychologique est souvent utile, une thérapie comportementale peut être envisagée chez les plus grands. Le recours à un traitement pharmacologique doit rester l’exception : il faut savoir ne pas traiter. Plus rarement, un traitement est nécessaire ; le choix de la substance doit être guidé par le symptôme le plus invalidant, identifié par un interrogatoire minutieux du patient et de sa famille (tics, troubles de l’attention, hyperactivité, tocs), en optant pour le traitement spécifique du symptôme prépondérant [4]. Ainsi, lorsque les tics constituent le symptôme le plus invalidant, un traitement par Clonidine est proposé en première intention ; en cas d’hyperactivité et de troubles de l’attention associée, le méthylphénydate peut être proposé ; devant des troubles des conduites, la risperidone est souvent utile, la sertraline en cas de TOCS envahissants. L’aripiprazole permet souvent des résultats intéressants dans le traitement des tics de l’enfant, cependant sa prescription avant 18 ans reste hors AMM [4].

L’évolution des tics est caractérisée par des phases d’accalmie et d’aggravation ; la sévérité des tics est généralement maximale entre 8 et 12 ans, il y a ensuite une amélioration, voire une rémission complète à l’âge adulte. Environ la moitié des patients n’a plus de tic à l’âge adulte, les co- morbidités étant alors souvent au premier plan (TOCS, troubles des conduites) [3,4].

Liens d’intérêts

Les auteurs ont déclaré n’avoir aucun conflit d’intérêts pour cet article.

Torticolis de plus de 48 heures

[[{"fid":"6","view_mode":"full","fields":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false},"type":"media","field_deltas":{"1":{"format":"full","field_file_image_alt_text[und][0][value]":false,"field_file_image_title_text[und][0][value]":false}},"link_text":false,"attributes":{"height":"36","width":"43","style":"height: 25px; width: 30px; float: left;","class":"media-element file-full","data-delta":"1"}}]] Imprimer le PDF

 

P. Peyrou, D. Mouliès

Service de Chirurgie pédiatrique, Hôpital de la Mère et de l’Enfant, 8, avenue Dominique Larrey, 87042 Limoges cedex
Auteur correspondant. Adresse e-mail : philippe.peyrou@chu-limoges.fr (P. Peyrou)
 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
 

Arbre décisionnel - Commentaires

Le torticolis (1) est une attitude asymétrique et permanente de la tête et du cou par rapport au plan des épaules, secondaire à une contracture ou à une rétraction du muscle sterno-cléido-mastoïdien (SCM) dont l’anatomie explique la déviation en inclinaison homolatérale, en translation et en rotation controlatérales. Le coté du torticolis est celui de l’inclinaison.

(2) Chez le nouveau né et le nourrisson

Torticolis musculaire congénital

L’examen clinique est suffisant lorsqu’il met en évidence une rétraction du muscle SCM, associé ou non à une tuméfaction palpable au sein du muscle (olive). Le traitement associant conseils posturaux domestiques, physiothérapie et surveillance permet la normalisation, avant l’âge de la marche, dans plus de 9 cas sur 10.

Torticolis postural

Il est le reflet d’une contrainte utérine excessive qui se manifeste à la naissance par une asymétrie globale du nouveau né (bébé dit « moulé »). On ne retrouve pas ou peu de rétraction du muscle SCM. L’évolution est spontanément favorable en quelques semaines. Seule une surveillance est préconisée.

Fracture de clavicule et paralysie du plexus brachial

Le torticolis est ici secondaire. La notion d’accouchement difficile est souvent rapportée et l’impotence du membre supérieur domine la présentation clinique.

(3) Chez le petit enfant

Malformations du rachis cervical

Il existe une grande diversité anatomique. L’examen clinique doit éliminer une compression médullaire secondaire. La radiologie conventionnelle peut être suffisante pour le diagnostic mais seule une TDM avec reconstruction permet de visualiser la complexité de l’anatomie et seule une IRM cervicale permet une évaluation médullaire correcte de ces lésions.

Torticolis infectieux

Le caractère fébrile et le début brutal doivent faire évoquer avant tout un torticolis réflexe, secondaire à une pathologie ORL (torticolis naso-pharyngien de Grisel) nécessitant un avis spécialisé en urgence. Les spondylodiscites cervicales à staphylocoque ne doivent pas être méconnues.

Oculaires

Le torticolis est alors la posture compensatrice qui permet de diminuer la diplopie et retrouver un regard horizontal.

(4) Chez le grand enfant et l’adolescent

Torticolis traumatique

Un torticolis aigu irréductible est avant tout traumatique, même si la réalité du traumatisme est parfois floue. Le bilan radiographique standard est d’interprétation difficile du fait de l’inclinaison fixée du rachis et il faut savoir redemander des clichés, une fois la rectitude du cou obtenue. Le tableau typique est la subluxation rotatoire C1-C2, sans méconnaître une fracture de l’odontoïde ou une entorse grave.

Tumeurs cérébrospinales et rachidiennes

Tout torticolis récidivant sans notion de traumatisme, tout signe neurologique associé, justifient une exploration de la fosse postérieure et de la moelle cervicale par une TDM au minimum et/ou par IRM. La tumeur « neurologique » la plus fréquente est l’astrocytome. Les tumeurs « osseuses » sont le plus souvent bénignes même si l’ostéosarcome et la tumeur d’Ewing ne sont pas exceptionnels.

Torticolis inflammatoire

La localisation cervicale d’une maladie rhumatismale de l’enfant peut être inaugurale mais apparaît plutôt dans l’évolution des formes polyarticulaires.